L’école à la maison – la déscolarisation


Cet automne je suis tombée sur une émission de radio qui parlait des enfants qui ne vont pas à l’école parce que les parents (souvent la mère) restait à la maison pour éduquer leurs enfants et leur donner leur formation à la maison.

À prime abord, j’ai eu tendance à juger négativement la chose.  Comment une mère de famille peut se transformer en enseignante, arriver à montrer à ses enfants tout ce qui peuvent apprendre à l’école?

Ces mères n’étaient pas sans éducation.  Elles étaient outillées; les enfants devaient passer les tests conformes du Ministère, elles avaient des critères à respecter.

Pour celles qui font ce choix, la décision est souvent prise sur le fait que les enfants auront un encadrement individuel où chacun avance à son rythme, où les enfants peuvent explorer davantage et apprendre davantage en faisant, par exemple, des sorties culturelles tel que d’aller au Musée, des expériences de la vie.

Vous trouverez une série d’articles intéressants ICI .

Je n’ai pas de problèmes que certains parents puissent penser que leurs enfants peuvent apprendre autant en recevant l’école à la maison.  Par contre je doute encore grandement de l’efficacité non prouvé sur le long terme et sur le futur de ces jeunes.

Non, tous les enfants n’ont pas besoin de devenir médecin, savant, chercheurs ou génie.  Certains décrocheront, certains feront un métier, d’autres des études plus poussées.  Chacun trouvera sa voix dans la vie.

Mais je me questionne sérieusement si ces enfants ne partent pas hypothéqués.  Dès que l’on sort d’un moule de société il ne faut pas se surprendre à frapper des murs quand vient le temps d’y retourner.

Il y a très certainement des lacunes dans notre système d’éducation.  Rien n’est parfait.  Mais je suis d’avis qu’ils faut laisser aux experts ce qu’ils ont à faire.  Les experts ce sont les enseignants, les éducateurs, les directeurs et tous les gens qui se trouvent dans le milieu de l’enseignement.  Toutefois, leur laisser à eux seul la tâche d’éduquer nos enfants est utopique.

Nous aimons nous faire prendre en charge généralement et c’est là que je trouve triste la constatation.  L’éducation et l’enseignement ne relève pas exclusivement au milieu de l’éducation.

C’est aussi la responsabilité de chaque parent de veiller à l’apprentissage de ses rejetons.  Il est possible de montrer à ses enfants des choses qu’il n’apprendra jamais à l’école.  C’est à nous de leur faire visiter des milieux éducatifs tel qu’une sortie au musée, s’asseoir avec lui pour faire une recherche sur quelque chose qui le passionne en dehors du cadre scolaire.  C’est à nous de lui donner le goût de découvrir, le goût de lire, le goût d’apprendre.

L’Homme est paresseux et s’il n’est pas poussé à avancer, il n’a pas de difficulté à rester statique à ne rien faire, à s’emmerder.

Ceci m’amène à la réflexion du syndrôme de la performance.  Est-il nécessaire que les enfants soient continuellement stimulés?  Ne peuvent-ils pas, de temps à autre, vivre comme des enfants?

À l’opposé de ceux qui sont dans le « vivre et laisser vivre » il y a ceux qui font des activités parascolaires à presque tous les soirs, qui ont des devoirs, des cours et sont continuellement avec la pression de performance sur le dos.  Laissez les enfants être des enfants avant de devoir devenir des adultes stressés et performants!

L’école à la maison ne sera jamais pour moi.  Je suis persuadée que je passerai à côté des étapes importantes dans l’apprentissage de mon enfant.  Il y a aussi des choses à l’école qui ne s’apprend qu’à l’école et qui ne pourrait être vu si je faisais l’école à la maison tel que la vie de groupe, la socialisation, la négociation, l’interaction sociale, le respect des consignes de groupe, le travail d’équipe, l’échange, le partage, l’amitié.

Lorsque nous arrivons sur le marché du travail il faut faire face aux patrons exigeants, il faut se lever chaque matin, il faut suivre un horaire (généralement à moins d’être son propre patron!), il faut faire avec nos collègues sympathiques et moins sympathiques.

Tout cela, je ne crois pas que ça puisse s’apprendre en restant à la maison avec maman pour « apprendre ».  Bien sûr qu’il saura compter, qu’il saura lire.  Mais saura-t-il le faire aussi bien que selon la norme?

Je pense que la mère a un lien affectif trop biaisé pour être capable de déceler des anomalies d’apprentissages.

Non personnellement je ne crois pas que c’est rendre service à un enfant que de lui faire l’école à la maison.

Mais bon, ça, c’est mon humble opinion et je suis peut-être dans le champs.  Je reste ouverte à vos arguments.

 

Oseriez-vous faire « l’école à la maison » à votre enfant ?

 

Publicités

40 réflexions sur “L’école à la maison – la déscolarisation

  1. Une de mes prof de français à l’université a fait l’école à la maison de son 4e et plus jeune enfant pour le primaire. Au début, nous étions tout sceptiques et elle s’est fait poser beaucoup de questions ! J’étais moi-même pas très chaude à l’idée même si elle était une enseignante avec beaucoup d’expérience en plus.

    Puis peu à peu, elle nous a raconté des anecdotes milieu scolaire VS à la maison. Elle nous a montré des vidéos de son fils et son évolution. Il est venu nous parler de son expérience. Bref, elle nous a fait voir que l’école à la maison peut avoir du bon. Et dans ce cas-ci, son enfant aura développer beaucoup plus de connaissances et de compétences en étant éduqué à la maison.

    Ce que j’ai apprécié c’est qu’elle ne nous a jamais forcé à prendre position. Elle nous a étalé les faits et elle nous a outillé énormément afin de maximiser l’apprentissage des élèves que nous aurons un jour dans nos classes.

    De façon générale, je pense comme toi. Surtout que le niveau social est dans l’ombre, l’enfant doit obligatoirement prendre des cours de quelque chose ou avoir une grande famille pour comblé ce manque ! De plus, ce ne sont pas tous les parents qui sont neutres et assez outillés. Selon moi, il faut avoir travaillé dans le milieu scolaire pour mettre en oeuvre des stratégies et être capable de faire tout ce gros travail à la maison.

    1. Je fais l’école à la maison à mes enfants depuis 6 ans.

      Lorsqu’on parle d’école à la maison, la question qui revient le plus souvent est : « Qu’en est-il de la socialisation, la vie de groupe? » Il n’y a pas qu’une seule façon de socialiser! Mes enfants ne fréquentent pas l’école, mais ils suivent des cours en groupe… de la danse, des arts martiaux! Ils ont des amis qu’ils voient en dehors des heures d’école, pareil comme n’importe quel enfant. Nous nous regroupons avec d’autres familles qui font l’école à la maison et nous faisons des sorties de groupe. Les enfants sont souvent en groupe, nos enfants savent vivre en société comme n’importe quel enfant.

      Mes enfants ont également un horaire stable. Tous les jours ils doivent se lever au son du cadran, déjeuner, se préparer et se mettre au travail. Ils évoluent sous un certain cadre et ne sont pas laisser à eux-mêmes n’importe comment.

      Nous utilisons les mêmes livres et cahiers qu’à l’école, la matière est la même que ce que les autres enfants apprennent.

      1. cerise: C’est une bonne approche que tu as. Je n’aurai certainement pas cette patience ni cette rigueur de ponctualité. Peut-être que je préfère m’en remettre à l’école à cause de cela justement. Me connaissant…

  2. Moi je lève mon chapeau à celles qui font l’école à la maison, moi je ne serais pas capable. J’aurai peur, comme toi un peu, de manquer quelque chose, d’oublier quelque chose. Alors je préfère envoyer mes enfants à l’école et de faire le suivi à la maison sur leurs apprentissages et leurs devoirs.

    Tout un débat ce sujet! Mais j’aime que tu abordes le sujet de façon tout à fait respectueux! Comme toujours d’ailleurs 🙂

    1. la belle: l’important je crois c’est de se questionner personnellement sur le sujet. Je ne crois pas qu’il y ait de bons ou mauvais choix. J’ai personnellement un penchant pour aller vers les experts en tout domaine. Je peux guérir une petite toux mais je ne suis pas médecin. Comme tu dis, j’aurai peur de manquer à quelque part par manque de compétences pédagogiques. Je préfère ajouter ma propre expérience à l’extérieur de l’école pour ajouter une plus-value.

    1. Julie: Comme je disais, je préfère m’en remettre personnellement aux spécialistes. Je ne nie pas que certains parents puissent toutefois avoir les qualités et compétences. J’aurai juste peur d’oublier quelque chose mais ça c’est moi.
      Merci pour ta pub!

  3. Ton questionnement est intéressant. Personnellement, j’aurais aimé tenter l’expérience avec mes propres enfants, toutefois, je ne crois pas que j’aurais la patience de leur enseigner. Il est souvent plus difficile de montrer des choses à nos propres enfants qu’à ceux des autres.

  4. Je suis tout à fait d’accord avec ta façon de voir.
    Je relie cela également aux écoles alternatives.
    Dans les deux cas, je pense que les enfants reçoivent un enseignement de meilleure qualité.
    Mais je crois malgré tout qu’à long terme, c’est néfaste pour l’enfant, sauf à ce qu’il soit extrêmement brillant, ce qui n’est pas le cas de tout le monde.
    J’aimerais beaucoup m’occuper de l’enseignement pour mon fils, mais je ne le ferai pas, parce que j’estime que c’est mieux pour lui.
    Il saura peut-être moins de choses, mais à moi de combler ensuite ce que j’estime lui manquer.
    Et puis ça évite aussi le mélange des genres dans les relations.

    Mais bref, 100% d’accord avec toi.

  5. Je connais une femme qui fait l’école à la maison. Ses enfants sont très gentils et intelligents. Ils ne sont pas isolés puisqu’ils font partie d’un groupe de parents homeschoolers. Et leurs enfants font parties des cadets (ou scout?), ils font des sorties, des ateliers etc

    Je trouve cette femme rayonnante d’amour et de patience. Je la trouve aussi courageuse et honnêtement je n’ai rien à lui reprocher. Et puis si elle avait besoin d’aide d’éducateurs et de professionnel je ne doute pas qu’elle irait chercher cette aide!?

    Le homeschooling ce n’est pas pour tout le monde mais l’école non plus. Il faut être bien avec nos décisions à nous et laisser les gens qu’on ne connait pas faire les leurs.

    Aux États, ils y a un taux élevés chez les homeschoolers, surtout chez les chrétiens. C’est pas mauvais en soi, c’est seulement différent.

    1. Jane: en effet c’est différent. C’est aussi un grand questionnement. À quel moment une mère (ou père) enseignant ira chercher de l’aide au besoin si cela n’est pas encadré, s’il est seul(e) à elle-même. Dans une école, il y a un encadrement, un directeur, des suivis, des rencontres parents-enseignants, des spécialistes. Je ne sais juste pas jusqu’à quel point on reste objectif face à nos propres enfants…
      Je ne serai pas nécessairement objective je crois.

  6. Bonjour,
    je suis justement en train de réfléchir au fait de laisser ma fille aller au collège ou bien de lui faire classe moi-même car j’en ai assez depuis le ce1 de lui faire cours le soir en plus de sa journée de classe où franchement il ne se passe pas grand chose et où elle n’apprend pas beaucoup. Autant lui éviter uen double journée ! Mais effectivement cela n’est pas si simple de se retrouver mère et instructeur… J’ai encore un peu d’espoir sur les capacités de nos enseignants à délivrer leur savoir mais vraiment quand je vois toutes les fautes et erreurs dans les cahiers, je suis perplexe. Ma fille en est encore à étudier le présent au cm2 et à part le passé composé n’a aucune idée des autres temps qui existent ou presque. Idem en maths, je ne parle même pas de l’histoire géo ! Je ne sais pas si je serai capable d’enseigner toutes les matières car ce n’est pas mon métier et même avec des supports, cela ne me semble pas évident. Néanmoins je suis frustrée par rapport au contenu actuel des programmes et au fossé qui existe entre l’enseignement d’aujourd’hui et celui que nous avons eu la chance de recevoir. La suite fin juin!

    1. catherine: Il n’y a jamais de bonnes solutions. Il n’y a que des solutions qui nous conviennent personnellement. Il faut parfois faire fi de ce que les autres pensent pour ne pas se retrouver frustrer de devoir faire dans le moule. Bonne réflexion!

    2. Bonjour,
      C’est une réponse un peu tardive, mais je viens juste de tomber sur ce site. Je suis maintenant en seconde et je fais cours à la maison depuis un an. C’est quelque chose de très bénéfique, surtout sur le plan de l’apprentissage, car l’élève apprend a son rythme, contrairement à l’enseignement dit classique,ou il suit le rythme de l’ensemble de la classe. Cela lui permet de s’attarder sur les choses qu’il n’a pas comprises, et de passer plus vite celles ou il n’a pas de difficultés. Par contre, il faut faire bien attention à ce que votre fille ait des activités à coté, des amis etc. afin qu’elle ne se sente pas isolée.
      Pour les parents, faire l’école à leurs enfants les effrayent toujours un peu. Pourtant,c’est de plus en plus facile car il existe aujourd’hui beaucoup de sites éducatifs, qui enseignent à l’enfant tout en l’amusant. Pour les autres matières qui nécessitent un enseignement plus  »basique » , il existe d’autres sites, comme par exemple : Telelangue. Il y a des exercices et même un moyen de parler en anglais a des professeurs dont c’est la langue natale.
      Voilà, j’espère que cela pourra vous aider a faire un choix. Bonne continuation.

  7. Chères mamans,
    pour avoir subi (ainsi que mes frères et soeurs) l’école à la maison toute ma scolarité (sic) je peux témoigner que c’est… catastrophique.

  8. Et moi pour avoir subi l’ecole à l’ecole, je peux aussi temoigner que c’est pas la panacée !

    J’ai appris à lire et à compter avec ma nourrice (je crois qu’on dit assistante maternelle) bien avant de rentrer à l’école.
    Je n’ai strictement rien appris à l’ecole, y arrivant et en partant un livre à la main, sur le sujet qui m’interessait sur le moment (chevaliers, volcans, tectonique des plaques, animaux et plantes de la foret, etc) et adaptés à mon age. J’apprenais aussi en visitant des musees ou pendant les vacances, ou en discutant avec les gens.

    Et justement, le grand sujet, la socialisation ! De ce cote l’ecole, imposant de ne frequenter que sa classe d’age, a ete pour moi un enfer. J’etais tres sociable… après 17h, avec des petits, des grands, des adultes… rencontrés dans la rue, à la natation, aux activités Léo Lagrange (dessin etc). Mais pas ceux de mon âge, en tout cas pas les 25 qu’on m’imposait chaque jour pendant une année.
    Je ne me suis reellement socialisée avec des camarades de classe qu’une fois arrivée à la fac…

    Cela dit, je crois que je n’aurais pas supporté d’avoir mes parents comme profs. Mais l’école à la maison ce n’est pas seulement ca : ca peut etre tout simplement laisser l’enfant assouvir sa curiosité naturelle, fabriquer des trucs et se confronter se faisant à des problemes de math, de physique, decouvrir l’histoire ou la geo en balade (les seuls qu’on retienne, d’ailleurs…), améliorer sa lecture en cherchant des informations, son expressivité en racontant des histoires etc. Le parent n’est là que pour l’aider, le guider, présence discrete, efficace ou non (dans ce cas il est tres instructif de simplement dire « je ne sais pas, essayons de trouver quelqu’un qui aurait la reponse »).

    Mais pour cela il faut bien sur remiser la tele au grenier…

  9. Je suis une maman qui a déscolarisé mes filles.
    Pourquoi ?
    Tout simplement que l’école (dont l’éducation nationale) n’a pas su protéger ma fille.
    Elle a subit du harcèlement moral puis à la fin physique.
    Elle a subit ça pendant 3 ans.
    Pour la protéger, nous avons fait le choix de descolariser.

    Donc quand on me parle de socialisation, je vous répondrais, justement ma fille n’a pas eu de socialisation à l’école au contraire, elle se retrouvait seule, etc….

    Après la descolarisation, ma fille avait une telle colère voir de la rage. Elle ne savait plus sourire, elle était distante. Maintenant elle me réclame des câlins de mère/fille, elle s’éclate, elle sourit, elle rit.
    Du coup, tout ce qui est scolaire, elle qui était une bonne élève, elle l’a banni.
    Nous avons mis 2 ans pour trouver la bonne façon.
    Maintenant, tout se passe très bien.
    Elle est heureuse et ne veut plus retourner à l’école.
    Je ne regrette pas notre choix.

    1. Bonjour,
      Je fais moi aussi l’école a la maison, j’aimerais savoir, quel age à votre fille si ce n’est pas indiscret ? Mes sœurs et moi cherchons des gens dans la même situation que nous (c’est a dire cours à la maison) afin de faire connaissance de pouvoir échanger nos méthodes de travail etc

  10. Bonjour, moi je suis maman d’un petit garçons de 8 ans. J’ai sortie mon fils de l’école car il avait un retard de 1 ans sur les autres et en plus il a plusieurs étiquette TDAH en est une. L’école n’a vraiment pas aider mon fils même si toute l’équipe école étais avec nous il est devenu tellement triste!Et que dire de la médication!! Je suis désoler mais c’est de la drogue !! je suis vraiment triste moi aussi de voir tout c’est enfant étiqueter qui perde la confiance en leur capacité!!Je suis désoler mais j’aime mieux voir mon fils à la maison avec moi que de le voir mal traiter par l’école! Ou est le plaisir d’apprendre ?? ou est le plaisir de vivre ?? Les enfants sont des enfants pas des adultes! je suis vraiment contre le fais de dire ((La vie est dure,il fait bien qu’il s’y fassent..)comment la vie pourrait-elle être moin dure quand nous habituons nos enfants à la dureté de la vie dès l’enfance?
    Un enfant qui fait ses arnes construit un mur de défenses,mais ne se construit pas.
    Les enfants qui ne vont pas à l’école ne sont pas en dehors du monde réel.Le vrais monde vie et bouge pendant que les enfants sont à l’école.être assis toute la journée à apprendre des milliers de choses dont il ne restera que très peu.Donner des médicament pour que les enfants écoute !! Car il ne sont pas normal !!Désoler mais mon fils est normal et depuis qu’il fait l’école à la maison il est passionner sont sourire est revenu il peut rester à travailler sur un projet des heures car il n’ai pas contraint à le faire il le fait par plaisir et oui le plaisir est vraiment la Pilule miracle ! Pour les parent dont les enfants on un TDAH je vous entend déjà dire sont TDAH doit pas être très grave lol
    et bien je vous annonce que mon fils a un tdah très sévère j’ai ici des testes de psy 15 page pour décrire tout c’est trouble et il arrive vraiment bien à toute faire c’est leçon depuis qu’il est à la maison et nous somme enfin heureux sans tout c’est spécialiste. Je crois que les enfants qui ont des difficultés et qui ne sont jamais aller à l’école on vraiment de la chance et leur confiance en eu reste intacte !MERCI

  11. moie aussie j ai un garcon que jai fait lécole a la maisson 2 ans et il ma demander qu ille aimerai avoire des ami je les incrie a la polivalante quare il a 12 ans il vas etre dans s une classe adapter pour luis quare il est dysfasie ortofonie et dysfasie séver mes a la maisson sa éter trai bien il a évoluer bocou care il avai été a lécole 4ans et il ne savai meme pas sons alphabet cest voielle cest juore de la semaine cest mois de l ané je luis est montrer tout ca et on na acheter des livre de 1 2 3 4 e ané dans il a toute aprie cela et cante il allai a lécole il dans une clase spécialiser il avai une éducatrice spécialiser qui criailles apres luis et le directeur lui a die qui vous lais plu le voire ici et il nous a dit a mois et mon marie qui ne savai plu coir faire avec mon enfant cest la que j ai comancer a faire lécole a la maisson et mon garcon étai bien contan il me disai que sétai plu facile

  12. « l’efficacité non prouvé » ???? (je zappe la faute d’accord hein, ça se rate aussi bien à l’école qu’à la maison, ce genre d’apprentissage…) Avant d’affirmer de telles choses (fausses !), il faut faire quelque recherche, les études sur la question existent… Et ne vont pas dans le sens de vos craintes (légitimes, les craintes, je trouve, mais montrant aussi un certain manque d’imagination quant au mode de vie et relations que cela implique).

    J’aime bien le commentaire de Jane : « Le homeschooling ce n’est pas pour tout le monde mais l’école non plus. Il faut être bien avec nos décisions à nous et laisser les gens qu’on ne connait pas faire les leurs. »

    Signé une maman non-militante qui instruit à la maison parce que l’école ne lui a pas laissé le choix… et qui aimerait bien que tous les choix soient respectés dans un monde qu’on n’essayerait pas de nous faire croire en noir et blanc.

  13. Moi j’ai été enlevé de l’école après un mois de maternel, mon frère et ma sœur également, pour faire l’école à la maison par  » les bons soins du père et de la mère » j’ai été complètement désocialisés depuis le début , la scolarité faite par des parents névrosés qui défoulés leurs frustrations et leurs propres conflits sur leurs enfants, menace , coup,sadisme,punition à répétition, la maltraitance en toute liberté, tout ça à l’abri des regards… nous en sommes tous sorti traumatisées, notre vie entière à été gâché et nous n’avons connu que la souffrance.

    avez-vous pensé que les parents qui faisaient l’école à leurs enfants pouvaient être des parents maltraitants ?
    Au lieu d’encenser cette méthode douteuse, posez-vous la question sur l’équilibre psychologique de ceux qui imposent cela à leur enfants.

    1. Pauvre toi !!!Quelle histoire épouvantable !!! Je crois qu’il y a du mal partout ;-(Mais je ne crois pas que tu a vécu (l’école maison) on pourrais plus dire séquestration….Plusieurs enfants vont à l’école et subisse les même traitement ;-( et personne ne les aides c’est plus un problème de société que (d’école maison)j’espère au moins que vous avez tous réussi à trouver le bonheur dans votre vie présente.

  14. L’école maison est identique voir supérieure (par son enseignement individuel) a l’école traditionnelle. Les frères et soeurs connaissent comme a l’école des disputes, des conflits hierarchique et également de l’amitié. Ils bénéficient d un enseignement de base et personnalisé qui leur laisse la possibilité de s`épanouir dans un domaine qui leur est propre et ainsi devenir un adulte confiant et solide qui une fois « remit dans le systéme »,comme vous dites (car les enfants école-maison ne sont pas enfermés dans une maison a double clé, mais ils s ouvrent au monde par des sorties aux musées, dans les bibliothèques, dans des activités sportives, ou tout simplement dans la vrai vie, qu est de faire ces achats, et pourquoi pas en profiter pour faire un peu de calcul), ils sont fort et savent ou se diriger et pourquoi ne deviendraenit ils pas mèdecin, avocat,vétérinaire ou simplement ce qu il on envit de faire, car ne croyez vous pas que le plus beau métier et celui qu’ils vont choisir et qu importe le revenu ou la côte de la société, un adulte épanoui et un adulte qui est heureux de se lever chaque matin pour effectuer son emploi.

  15. J’ai desco mon fils,la violence! Encore et toujours…..Pas une bonne chose l’école à la maison?J’aurai du le laisser se faire taper dessus?Chacun a ses avis,pour contre,mais sachez que les parents qui instruisent leurs enfants,ne se prennent pas pour des instits! Il est trés différent d’apprendre les maths à SON enfant sur la table de la cuisine et l’apprendre à une classe de 25 enfants! Arretez de penser que nous nous sentons supérieurs aux profs,c’est blessant et essayer de comprendre nos choix,car,que je sache,nous ne critiquons pas les parents scolarisants……

  16. Si on fait un temps soit peu de recherche (par exemple « école à la maison » sur Google) on s’aperçoit de la supériorité de ce choix….. Et la socialisation, aucun problème !
    Et les enfants sont généralement d’un meilleur niveau que ceux qui sont scolarité……..
    En plus, dans le pire des cas, il y a aussi les cours du CNED (par exemple) si on a peur de manquer quelque chose par rapport à l’enseignement dispensé dans les écoles………

    1. Bonsoir,
      je suis interpellée par le nom de votre profil.
      Je réside en Guyane et je recherche des familles qui font l’école à la maison.
      Faites-vous partis de ceux-là?
      Merci pour vos réponses.
      Cordialement,
      Mme Roy

      1. Bonjour,

        Je suis également en Guyane (Cayenne) et l’idée de scolarisée ma fille (GS actuellement) à la maison (en travaillant avec d’autres familles) commence à me trotter dans la tête.

      2. Bonjour,

        Non, pas encore, car pas encore d’enfant(s). Mais je m’instruit abondamment sur le sujet afin que quand ce sera le cas de mon futur foyer, tout se passe le mieux possible.

        Aussi, le regroupement familial étant interdit depuis 2007 sur le territoire national (est-ce bien légal face à déclaration universelle des droits de l’homme ?), ce qui est bien dommage, je me pose des questions sur une manière détournée de pratiquer cela sans enfreindre la loi (création d’une association où de temps en temps les familles se réunissent ?)

        Désolé pour le retard.

  17. j’y reflechi, mon grand 5 ans 3 ans de maternelle qui ont donné regression sur tout les plans, intellectuel, sociabilité, motivation…
    Il savait lire en rentrant en PS maintenant il anone, parle bébé begaie
    Avant d’entrer en maternelle il acourrait vers les autres enfants et adorait etre avec eux, aujourd’hui il n’ose plus aller vers eux reste seul isolé car victime de harcelement scolaire moquerie, ostarcisé…
    Mon ptit garcon avait toujours le sourrire, il etait toujours content d’aller a droite a gauche, avait envie d’apprendre pleins de chose. Maintenant il a un regard triste pleurniche constament, et n’a plus envie de rien.

    Alors bon je me dit que meme si je suis pas enseignante sur tout ces points je peux difficilement faire moins bien que l’école.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s