Ma vie avec l’anxiété


L’anxiété est un mot qui peut faire peur.  Parce que l’anxiété peut détruire.  Détruire de l’intérieur tout équilibre psychique que nous puissions avoir.

L’anxiété est pernicieuse.  Elle peut prendre plusieurs formes.  Certains la gèrent très bien ou n’en ressentent presque aucun effet.  Dans des situations de stress précis comme par exemple avant une présentation, une entrevue ou une entrée sur scène, l’anxiété (aussi connu sous le trac) est normal.  Il est provoqué par une situation connue qui engendre cet état.

Mais il y a aussi d’autres formes d’anxiété.  Comme celle que je vis.

Malgré mon air calme et zen, malgré ma tendance à prendre les choses à la légère je fais de l’anxiété.  Il m’arrive, comme ça pour rien, de me sentir complètement tout croche.  Les symptômes sont classiques: impression de faire une crise cardiaque, palpitations, nervosité, serrement dans la poitrine (au plexus solaire plus précisément).  Dans une crise aigüe s’ajoutent les tremblements, l’impression d’être sur le point de perdre connaissance, les tics nerveux comme se gratter ou se passer les mains dans les cheveux, sensation d’engourdissement (dû souvent à cause d’hyperventilation) et d’autres symptômes que j’oublie.

Ces crises arrivent sans avertir.  Il n’y a aucun stress connu autour de moi.  Je peux être en train de préparer le souper de tous les jours, en train de regarder la télé, en train de conduire, en magasinant, en faisant l’épicerie.  L’anxiété arrive sans avertissement.  Comme un mal de tête soudain.

La première fois que ça arrive, on se précipite à l’urgence convaincu d’être victime d’un arrêt cardiaque, d’une maladie grave incurable ou d’un virus mortel.  Puis après une batterie de test et 24h plus tard ( l’attente est longue dans les services de santé au Québec!), rien.  Absolument rien.

Le cholestérol est parfait, la pression artérielle va bien, l’électrocardiogramme ne démontre aucune déficience cardiaque, les prises de sang n’ont même pas pu détecté un micro microbe dans notre organisme.  Madame vous êtes en parfaite santé!

Alors vous en venez à votre propre conclusion: JE SUIS FOLLE!

Folle?  Non.  Anxieuse.  Voilà le mot.

Je me suis battue contre l’anxiété comme on se bat contre le cancer du sein.  J’ai trouvé mes trucs, mes techniques, mes miracles pour mieux vivre avec cet inconvénient de la vie.

L’anxiété fait peur parce qu’elle arrive par surprise et elle prend la forme d’une maladie grave.  C’est à en devenir hypocondriaque!

L’anxiété ce n’est pas la fin du monde… quand on en fait pas!

Et il ne faut pas confondre l’anxiété avec la nervosité.  Je suis dynamique à mes heures mais d’un naturel très posé.  Je n’ai pas le bouton panique en marche.

Au fil des ans, j’ai d’abord appris à reconnaître les crises et à les contrôler.  Tel une soprano j’en maîtrise presque tous les aspects.  D’abord je sens la « pré-crise » avant qu’elle ne se présente.  Je deviens plus nerveuse, ma respiration se trouve saccadée de façon subtile, je deviens plus agitée (par exemple j’ai une jambe qui ne cesse de bouger ou de chercher « sa place » )

Voici quelques trucs que j’ai acquis au fil des années:

  • la méditation, le yoga, la relaxation: bon je le sais, tout le monde le dit qu’il faut apprendre à relaxer.  À prime abord ça semble facile.  Et quoi de plus ennuyeux que de s’assoir à « ne rien faire sinon que de suivre le flot de sa respiration ou d’un mantra.

J’ai fais quelques cours ICI et cela m’avait beaucoup aidé à apprendre la méditation et le yoga.  J’ai beaucoup aimé.  Mais ce n’était pas donné … J’ai aussi acheté ce CD qui fonctionne à chaque fois, surtout le Yoga du sommeil (yoga nidra).  Ce fut mon meilleur investissement

  • La phytothérapie: comme je suis une grande peureuse des médicaments (pour toutes sortes de raisons que je ne vais pas énumérer ici) je me suis tournée vers les plantes.  Au début je me faisais des tisanes de camomille, puis peu à peu, au fil des années j’ai appris à mieux connaître l’effet des plantes et j’ai réussi à m’en sortir sans les effets indésirables que peut procurer la médication conventionnelle.
  • L’exercice: À ce sujet je vous le dis tout de suite je suis une grande paresseuse.  Je n’ai jamais été une grande sportive.  Mais juste pour mon anxiété j’ai fais souvent de l’exercice dans les derniers 15 ans: le tennis, la natation, le gym (course et elliptique), le vélo, le ski de fond, la marche et le yoga.  Le problème c’est que quand ça va bien j’ai tendance à ne pas trop en faire.  Et aussi l’autre inconvénient c’est que l’effet dure entre 24 et 48 heures.  C’est donc toujours à recommencer.  Mais le sport nous fait sécréter des endorphines très puissantes qui sont bénéfiques donc…

Si l’on peut considérer le sexe comme un sport, ça pourrait entrer dans la catégorie d’exercice anxiolytiques!  Chéri, peux-tu m’aider??? 🙂

  • La gestion du stress: sur ce point c’est d’éviter le stress inutile et surtout les aliments qui causent l’anxiété dont le café, le thé, le chocolat (mes trois aliments préférés!!!) et tout autre excitant.  Ça je coule… comment éviter juste le chocolat?  C’est ma vie le chocolat… je suis tombée dedans étant petite!  j’en mange à presque tous les jours d’une façon ou d’une autre.

Certains fromages au lait cru peuvent aussi avoir cet effet – sur moi en tout cas.

Voilà: l’anxiété pollue la vie de ceux qui en font; il n’y a pas de recettes miracles sinon que d’en connaître les symptômes, de tenter de les diminuer, de dormir un nombre d’heures suffisant, d’avoir un bon système immunitaire et bla bla bla…

Comment vivre avec une personne anxieuse?

Durant une crise la pire chose à faire c’est de paniquer avec la personne.  La première fois ce n’est pas évident car la personne qui fait la crise met tout le monde autour en état de panique!

Ce qui m’a personnellement beaucoup aidé sont les comportements et gestes suivants:

  • se faire offrir un verre d’eau que l’on boit tranquillement.  Ou une tasse d’eau chaude si disponible.
  • de s’allonger si possible (pas toujours évident si ça vous prend dans un métro bondé!)
  • de parler calmement avec la personne; essayer de lui changer les idées en lui parlant de d’autre chose comme lui demander ce qu’elle aime faire – sauf que dans le cas d’une crise aigüe avec des tremblements et des grincements de dents la faculté de parler est grandement diminuée.  Il serait alors préférable de raconter à la personne en crise une anecdote comique qui nous est arrivé dernièrement ayant aucun rapport (dans le but de détourner l’attention de la personne en crise vers autre chose que ses symptômes de crise), on peut aussi offrir de lui tenir la main, de la coller.
  • Une débarbouillette d’eau fraîche.  Pendant la crise, parfois il y a des sueurs froides qui nous prennent.  Ce n’est pas évident.  La fraîcheur aide à se détendre.
  • Tenter de rétablir une respiration normale avec la personne; soit en respirant calmement soi-même et si elle collabore de lui demander de faire de longues expirations et inspirations.
  • Prendre l’air.  Beaucoup d’air.  L’air frais, l’oxygène aide à diminuer l’anxiété.  Si la personne est capable de marcher et de se tenir debout, le fait de sortir avec elle pour marcher aide à la circulation sanguine, la ré oxygénation du sang, à rétablir une respiration normale, à « aérer l’esprit ».

Bon avec tout ça je pense que vous êtes assez équipé pour vous tapez une grosse crise d’anxiété!!!!!

Avec l’expérience, j’arrive à faire tout ça moi-même quand j’en sens une qui s’en vient.  Pas toujours évident.  Heureusement les grosses crises arrivent environ 1 fois par année!

Bonne gestion de crise!!!!

Publicités

12 réflexions sur “Ma vie avec l’anxiété

  1. Comme Chum fait des crises de panique-anxiété lui aussi, je peux te dire que tout ce que tu écris est vrai. Il se sent exactement comme ça lors des crises.

    Lui aussi a apprit à les gérer, avec le temps.
    Il a des médicaments à prendre quand la crise devient trop intense, ce qui arrive environ 1 par année.

    J’ai aussi apprit des trucs pour l’aider à les gérer, et ceux que j’utulise sont dans ta liste 🙂

  2. Comme ce post me rejoint ! J’ai commencé à faire des crises d’anxiété ce printemps. C’est arrivé de façon un peu sournoise: étourdissements, frissons, coup de chaleur, tic de « grattage » intensif, etc. J’ai été mise en arrêt de travail: six semaines. Depuis, j’arrive un peu mieux à contrôler mon anxiété et mes crises. J’ai découvert la méditation avec un livre de Jon Kabat-Zinn. Pour moi, ça fonctionne vraiment bien, mais ce n’est pas toujours évident à pratiquer !
    Merci de partager cet état d’être qui est très intime. Ce n’est pas tout le monde qui comprend bien ce que c’est.

  3. Merci pour ce beau post qui me rejoint beaucoup. Je souffre du trouble de la personnalité limite avec anxiété. Pour le moment, je n’arrive pas encore à contrôler grand chose… c’est mieux que c’était mais il me reste encore de la thérapie à faire avant d’y arriver.
    Je trouve que c’est important d’en parler et ne pas rester seul la dedans. Bravo!

    1. chantal: l’anxiété est un trouble de société. Il faut performer, il faut en faire plus avec moins, il faut être au top, il faut toujours bien faire. Nul doute qu’on développe de l’anxiété… tant mieux si mon article peut en aider certains.

  4. Moi aussi je fait, surtout en moment des crises d’anxiété et ma dépression est revenue. Pourtant j’ai un traitement on l’a changé y a pas longtemps mais j’ai ces maudits tremblements, j’ai chaud, je ne sais pas quoi faire surtout quand ça arrive en peine nuit et je vis seule.
    En plus en empire les choses (j’ai des problèmes de dents de sagesse donc des douleurs et des douleurs au niveau de l’intinstin j’ai fait des examens mais ils ont rien trouvé. Je dois passer un scanner donc j’ai peur qu’on me trouve quelquechose de grave. Parce que ma mère est morte d’un cancer.

    Donc j’ai l’intention de voir une psychologue.

    Et merci pour les conseils et ta raison qu’on tu dis que l’axiété pollue la vie.

  5. Merci pour le témoignage, ca me soulage unpeu de savoir que je n suis pas seule et que ce que j ai a un nom , et que d’autres personnes ont vécus la meme chose. moi il y a plusieurs années , en arrivant au Quebec Seule, j avais eu des crises d’anxiété, qui ont disparru apres quelques temps. mais voila depuis quelques semaines , j en fait de tres fortes, et le pire c est que la c est de pire en pire depuis une semaine, presque une crise par jour qui durent d’une 1h a 3 h. …un médecin m a donné de l’Ativan mais qui ne réajit pas en crise…je vois 2 psychologues. j ai essayé la massothérapie , meme l acuponcture mais qui a mon sens m a plus exité encore….je suis en arret maladie, j ai laissé mes études…le pier c est que je suis seule ici et c est encore plus dure quand ca me prend….tou sce que je peux dire c est que je suis a bout de souffle et je ne sais plus quoi faire……j ai l impression que mes amis sont tannés de m’entendre parler de ca………je n ai plus aucune joix de vivre…..rien ne me fait plus plaisir….j essaye de faire un peu de sport mais 1 sur 2 ca ne donne rien……..c est une cauchonerie cette Angoisse……..je veux m’em débrasser

  6. bonjour juste pour vous dire que meme etant un homme qui fait de l anxiete depuis maintenant 6 ans,je peut vous dire que c est une maladie a vie dont on ne peut qu accepter de vivre avec on la gere comme une habitude quand ca va mieux on l apprecie qua ca va mal on gere c est tout j ai tout essayé,pilule,psycho et rien n a vraiement marché,juste la bonne oreille attentive de ma conjointe que je remercie tout les jours.

    1. Mike: c’est vrai que c’est pour la vie l’anxiété. Il faut apprendre à la gérer. Surtout que les crises arrivent souvent pour rien. Ce n’est pas quand on est stressé que ça arrive. Mais l’exercice est LE moyen le plus efficace à ma connaissance! Si tu as la chance d’avoir une conjointe qui te comprends et qui t’aide là dessus, tu peux te compter très chanceux! Gâte là pour la Saint-Valentin 😉

  7. merci pour ce texte…depuis une grossese a risque et la peur de perdre mon bébé…je suis devenue anxieuse…presqu’hypocondriaque…j’ai peur de tout les bobo du monde…et chaque fois que j’ai ou ma fille aq uelques chose…la crise arrive. Sans parler des bouton et des l’urticaire!! Je vais faire plus attention a moi!!

  8. « de dormir un nombre d’heures suffisant »
    Malheureusement, dans bien des cas comme dans le mien, l’anxiété peut causer ou aggraver l’insomnie. Insomnie qui à son tour aggrave l’anxiété et le risque de faire une attaque de panique. Et qui vous enlève plein d’heures, que vous passez à « essayer de dormir » au lieu de dormir ou de faire un truc productif, en plus de vous ralentir le lendemain parce que vous manquez de sommeil.

    Enfin, merci pour cet article. J’arrive difficilement à méditer depuis que j’ai un trouble d’anxiété et je n’arrive pas à trouver le temps de faire du yoga ou toute forme d’exercice (alors qu’avant, j’étais très sportive), mais cela me montre que je dois persévérer dans cette voie. Si vous y arrivez, il y a des chances pour que j’y arrive aussi, non?

    Je crois fermement qu’il est possible de se débarrasser de l’anxiété… je ne sais juste pas trop comment. ^^; Bien sûr, il est aussi tout à fait possible (et même très probable) de faire des rechutes, mais si je pouvais ne pas être anxieuse ne serait-ce qu’un mois cette année au total, ça me ferait des vacances…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s