Vélo de lion, vélo de mouton


C’est en faisant quelques lectures de blogues hier que l’envie m’a pris d’aller faire du vélo ce matin.

Nul autre que LUI pour me donner le coup de pied dont j’avais besoin pour mettre le nez dehors à pareille chaleur.  Car, ne l’oubliez pas, je n’aime pas l’été et vous aurez plus de chances de me retrouver dehors à -30 qu’à + 30 degrés!

J’ai donc entamé mon petit road trip de 38 km vers 9h30 ce matin.  Mon chemin n’avait rien du Mont-Royal j’en consens.  À défaut j’ai privilégié l’endurance plutôt que le sprint du coureur.

Je suis partie avec mon Gatorade, ma bouteille d’eau, mes noix de Grenoble, une serviette, mon portefeuille et mon cellulaire.

J’ai d’abord entrepris un rythme assez rapide.  C’est moi tout craché.  22 km/heure en moyenne mais pendant la première demi-heure j’ai monté jusqu’à 30 km/heure.  Comme j’avais ma montre Polar je pouvais voir à combien allait mon rythme cardiaque.  Je fus un bon moment à me maintenir autour de 150 bpm (battements par minute) puis dans mon apogée je me suis rendue à 171 bpm.  C’est là que j’ai eu une petite angoisse de « peter la machine » et je me suis calmé le ponpon!  Après tout il fait chaud…

En vélo on voit de tous les styles.  D’abord le mien : pas de casque (shame on me – chaque fois je me dis que la prochaine fois je vais le mettre…), un vélo Hybride.  Je ne porte ni cuissard ni chandail flambloyant.  J’y vais avec mes shorts, en camisole, les cheveux attachés, mes lunettes de soleil et  mes souliers de course magiques.  Mais il y en a d’autres pour qui c’est très sérieux.  C’est le kit total.  Je pense que ça vient avec le vélo de course 😉 Ben non j’avoue que j’ai un rapport amour-haine avec ce genre de style.  Ça fait trop mais en même temps je ne vois pas comment tu pourrais être habillé autrement sur un vélo de course.

C’est peut-être juste que je trouve que ça fait trop « coloré » et trop sérieux tout à la fois… Y’a comme une « erreur de style » qui dérange mon oeil.  Mais bon, je ne suis pas designer chez Nike alors je me la ferme!

Mais il n’y a pas que les coureurs sérieux qui roulent à 40 km/heure non stop pendant 3 heures.  Il y a aussi grand-maman qui sourit encore à la vie et qui pédale à son rythme.  C’est beau à voir les vieux de 80 ans et plus sur un vélo.   J’espère être l’un de ceux là dans 40 ans!

Il y a les petites familles avec la remorque-vélo ou la marmaille qui suit tant qu’ils le peuvent derrière les parents.

Il y a les coureurs qui se tiennent en gang.  Un genre de club probablement.  Souvent des gens de plus de 45 ans.  Ça se suit comme des canards dans un étang et bien sûr ils ont tous LE kit qui vient avec comme les coureurs professionnels!  Ça me fait sourire…

Mais surtout, je me dis que tous ces gens qui sont sur leur vélo, peut importe si c’est pour le loisir, pour s’entraîner dans le but d’une compétition ou pour faire le coq, au moins ils font de l’exercice!

Médaille à tous de ma part pour au moins la participation.

Je suis donc partie de chez moi direction les écluses de Sainte-Catherine pour aller emprunter la piste cyclable de la voie maritime qui mène vers l’estacade du pont Champlain et/ou du pont Victoria.  Pour m’y rendre, comme je le disais, je suis partie en 5ième vitesse; trop pressée d’arriver sur la voie maritime.  J’aime me retrouver à cet endroit.  Il n’y a que des vélos qui passent, parfois des gens en roller-blade.  Nous nous retrouvons entouré d’eau et d’arbres.  La nature est généreuse, moustiques et autres insectes souvent incluses.  La voie est environ 10 km de long.  C’est très agréable.  C’est là que tout se passe dans ma tête: j’écris, je réfléchis, j’écris encore… Il y a moyen d’être dans la lune sans trop de danger.  C’est donc l’espace idéal pour mes rêveries, exercice en prime.

Une fois arrivé au bout de la voie maritime, j’ai pris l’estacade qui longe en parallèle le pont Champlain pendant 5 minutes.  Aujourd’hui il y avait un bon vent et ça me coupait le souffle.  Toutefois j’ai ressenti ce plaisir immense que je ressens toujours sur un cours d’eau.  L’odeur de l’eau, du fleuve, du vent n’est comparable à nulle part ailleurs.  Je me suis sentie transporter d’un bonheur éphémère, trop heureuse d’être seule pour ne pas avoir à entendre parler qui que ce soit en ma compagnie.  J’ai eu alors un sentiment de liberté, que rien ne pouvait m’atteindre, que le ciel n’avait plus de limite…

J’ai donc rapidement fait demi-tour pour revenir sur mes pas.

Mon retour fut pénible.  Je pédalais autour de 15-18 km/heure.  J’étais dans un état contemplatif.  La fatigue commençait à se faire sentir.  Je ne pensais à rien.  Je regardais l’ombre des nuages qui venait vers moi sur l’asphalte.  Vous l’aurez deviner: si je voyais l’ombre des nuages venir vers moi c’est que j’étais face au vent…

Arrivée aux écluses, ce que je craignais arriva: un bateau.  Un paquebot même.  Le pont était donc levé et j’ai dû attendre un bon 20 minutes pour pouvoir traverser.  J’en ai profité pour me trouver un petit coin à l’ombre et je me suis allongée dans l’herbe pour me reposer.

Somme toute, cela m’a redonné de l’énergie car au passage des écluses j’ai fais le reste du retour vers la maison à environ 25 km/heure.

Deux heures et demi plus tard j’étais donc de retour à la maison (le trajet a pris 2h mais comme j’ai dû attendre aux écluses…).

J’étais pas mal fière d’avoir fait mon tour.  C’est la troisième fois que je le fais cette année.  J’aimerais le faire plus souvent.  Je pense que j’aimerais beaucoup essayer de faire le tour mais avec un vélo de course.  Le fait que les pneus soient plus mince et la légèreté du vélo de course doit faire en sorte que la sensation doit être vraiment différente.  Toutefois ce n’est pas dans mon budget de dépenser un 1000$ pour un autre vélo…  Et puis il me faudrait quelqu’un pour me motiver à temps plein!

Merci à Pat pour l’idée.  Ce fut génial!

Quelques stats pour vous motiver à votre tour:

Durée de l’escapade: 2h04 minutes

Nombre de calories brûlées: 973 calories

Mes bpm max : 171

Ma moyenne de bpm : 136

j’ai été pendant 1h11 dans ma zone idéale pour la perte de gras.

Avouez que juste ça, ça motive!

Quand est-ce que vous partez?

Demain je pars en randonnée avec une amie et petit Hom dans le Parc Bois de Belle-Rivière

Publicités

7 réflexions sur “Vélo de lion, vélo de mouton

  1. Je suis pas trop vélo, je suis plus marche surtout entre ami, j’aime bien placoter en marchant tandis qu’à vélo c’est plus difficile 🙂
    Mais je trouve que c’est un beau projet tout d’même! Et je te trouve bonne d’avoir fait ça avec la grande chaleur!! xoxo

  2. Depuis que nous avons acheté le banc pour petit Ange et que l’on met petite perle dans sa coquille dans la remorque, nous sommes sorti qu’une seule fois.

    Mais te lire me donne envie de sortir plus souvent 😉

    J’en veux une montre Polar moi aussi !!! Sur ma liste des cadeaux de Nowel…

    1. La belle: c’est toujours une excursion quand on part avec la marmaille. Moi je suis partie seule cette fois-ci. Mais je l’ai déjà fait avec la remorque Chariot et petit hom a bien dormi. Toi qui court une Polar c’est presque un must. Tu vas adoré. J’ai acheté la moins cher et ça fait bien la job (moins de 100$)…

    1. Catellina: ça vaut la peine, ça dure des années un vélo. Pis me semble que tu es pas très loin du petit train du nord non? C’est un investissement. Après ça ne te coûte rien d’en faire et c’est une belle activité: zéro $, full calories brûlé, temps dehors. C’est du « win-win situation » ça!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s