Crises après crises


Mon blogue ne parle pas trop souvent de bébé.  Mais là j’ai besoin de références, de vécu, d’expérience de vie, de quelque chose à quoi me rallier pour ne pas sombrer dans une grande dépression.

C’est que, voyez-vous, ce petit visage d’ange innocent qui semble tout doux comme un agneau a hérité d’un fichu caractère.  Le mien probablement quoi que mon hom ne donne pas sa place non plus!

Ce petit hom là, aussi gentil et agréable puisse-il être, se transforme aussi en grand monstre à la moindre contrariété.  N’essayez pas de lui enlever un objet non approprié pour son âge c’est la crise.  Parfois, en remplaçant le dit-0bjet par un autre qu’il ne connait pas suffit à éviter le pire.

D’autres fois, rien à faire: c’est la danse du bacon.  Mon bacon à moi aime frétiller dans la poêle de façon incroyable: coup de pieds par terre, il se cogne la tête partout, il roule!  Un spectacle à chaque coup, entrée gratuite à qui veut bien voir!

Sauf que ces temps-ci le « d’autres fois » c’est à tous les jours.  Souvent c’est en rentrant le soir.  Je soupçonne la fatigue puisqu’il se réveille à 5h30 (de son plein gré!) pour ne dormir que 2h sinon moins dans toute sa journée à la CPE.

Mais ce matin il s’est levé, je lui ai donné son biberon.  Je m’assois avec lui dans le salon.  Toute mon attention est pour lui et non pas la télé ou mon ordi.  JE SUIS LÀ et présente.  Il n’a pas fallu 1h que nous soyions debout que la crise a recommencée.  Il me semble qu’il s’est levé « fatigué » alors tout de suite j’ai opté pour la sieste.  Il a dormi 2h.  À son réveil, il joue un peu autour, mange avec papa puis je le prends pour aller l’habiller.  Encore une fois la crise…

Et c’est comme ça à presque tous les jours…

L’élément déclencheur n’est pas toujours le même: parfois c’est dans le bain car je lui demande de rester assis.  On ne se lève pas dans le bain.  Je ne sais pas si vous avez déjà eu du bacon dans une baignoire mais c’est du sport!  Parfois c’est lorsqu’on change la couche, parfois c’est quand on l’habille, parfois c’est quand il joue, parfois c’est quand il mange.

Est-ce un test préparatoire pour son entrée à la petite enfance?  Je ne voudrais surtout pas couler moi là!

Alors c’est quoi ça?  Car j’ai rayé de la liste un potentiel mal.  Bon peut-être les dents mais pas de fesses rouges à l’horizon, pas de constipation, il mange la même quantité de bouffe que nous (oui oui!).

Je dois vous avouez que nous sommes à bout de nos ressources.  Les crises arrivent n’importe quand.  À la maison comme à l’extérieur.  Nous avons la climatisation alors ce n’est pas la chaleur non plus.

Je mets souvent cela sur le dos de la fatigue et je tente de le coucher.  À presque tous les coups il s’endort en moins de 15 minutes – crise incluse bien évidemment.

Alors, ce cher petit ange à l’aube de ses 15 mois est-il en train de nous préparer solide le « terrible two »???  J’en ai la chienne… non mais vraiment!

J’ai tenté la méthode douce: je lui parle calmement, comme si je ne remarquais pas sa crise.  Ça ne fonctionne pas.  J’ai tenté le ton ferme avec un « ça suffit! » et des yeux pas contents.  Pas de résultats.  J’ai tenté de l’ignorer.  Ça je pense que c’est le pire; j’ai trouvé que la crise durait plus longtemps.  J’ai tenté de lui changer les idées; on ne fait pas changer d’idée à un petit hom qui a du caractère!

Alors c’est quoi ça? Parce que ça sent le burn-out maternel dans ma cuisine moi là!

Je m’en suis remise à la lecture de 1000 livres sur l’obéissance, un guide sur les 0-2 ans, des livres sur l’éducation, des livres sur la gestion de crise…

En sommes-nous déjà rendu à une rencontre avec Dr Nadia au Canal Vie???????

Vivez-vous cela à tous les jours des crises avec vos enfants?

Si oui, bravo si vous dites oui à plus d’un enfant.  Moi j’ai déjà donné ma démission pour la fratrie!

Publicités

32 réflexions sur “Crises après crises

  1. Voilà un parfait d’exemple du terrible deux en devenir. J’ai un exemplaire semblable à la maison, il va avoir trois ans et nous vivons encore régulièrement ce genre de crise. Je crois qu’un fort caractère jumelé à cette quête d’autonomie, normale à cet âge, est l’explication. Je n’ai pas de truc à te donner tellement. Ici, c’est au jour le jour…

      1. 🙂

        Sans être pire, ça peut durer encore longtemps… Mais je ne veux pas te décourager! Le mien, il ne se pitche pas nécessairement par terre, mais… il crie, il hurle, il lire, il se lamente… Aaaahhhh! Je voudrais parfois être sourde. Une chance que nous avons une maison, parce qu’on se serait bien fait expulser d’un appartement!!

        Une autre chose qui arrive aussi, c’est que les deux parents n’ont pas nécessairement les mêmes convictions concernant l’attitude à adopter vis-à-vis de ces crises. Mon conjoint opte pour la méthode Hitler, alors que je suis plus conciliante, j’essaie de faire les choses en douceur. Cela occasionne des conflits entre nous à l’occasion. Le mieux est encore que les deux parents se tiennent et fassent front commun… Je te souhaite que ce soit possible pour toi.

        Par contre, à bientôt 3 ans, mon fils comprend de mieux en mieux que ça ne donne rien de crier, qu’il doit plutôt apprendre à s’exprimer avec des mots. Ma grande fille a fait ça aussi à cet âge, des crises, et elle est maintenant très raisonnable. Bon, elle a cinq ans… Équipe-toi de patience et tout finira par se placer, j’en suis certaine. 🙂

      2. stephanie: ici aussi ce sont les cris assez aigus merci. Un exemple: il a crié pendant que je l’avais dans les bras. J’ai entendu des sons résonner dans mon oreille pendant 5 min comme quand on sort dans un show trop fort! En effet aussi, nous avons tous les deux nos méthodes qui sont fort différentes… Contente de savoir que ça va surement mieux aller… dans 4 ans!!! 🙂

  2. Salut ma belle !

    Il ne faut surtout pas se décourager. Je suis encore vivante après ces crises (et j’en ai encore). C’est le début de la période que les parents aiment bien nommé T2, Terrible Two ! Je te lisais et j’avais l’impression de me lire alors que petit Ange avait à peine 14 – 16 mois :-S !

    Honnêtement j’ai été chercher de l’aide dans les livres, celui de Dr Nadia sur les crises m’a été grandement utile car il m’a aidé à mettre mes balises et à discuter avec mon chum c’était quoi nos limites communes.

    Je sais comment c’est difficile car honnêtement, avec la semaine de la canicule, j’étais plus que découragé, j’aurai donné mes enfants pour pas chères… Même si je les adore plus que tout au monde, j’étais à ce point découragé que je n’y voyais pas trop clair mettons.

    Je viens tout juste d’acheter un livre que nous lisons tranquillement sur la discipline de la collection des livres du CHUM de Ste-Justine. Il se vend chez Jean Coutu et à date c’est très rassurant de le lire. Il est différent de celui du Dr Nadia et ça me donne d’autres techniques et trucs.

    J’ai voulu moi aussi appeler Super Nanny ou Dr Nadia ! Et comme le dit Stéphanie, je crois que d’y aller 1 jour à la fois (ou plutôt 1 crise à la fois) ça nous aide à passer au travers et de se dire que ça dure un temps – le temps qu’il teste les limites et après c’est moins fréquents (car il connait ses limites).

    Courage on va y arriver ! En s’encourageant et lisant que nous ne sommes pas les seules, ça me rassurent (je ne suis pas si mauvaise mère finalement!) 😀

    xx

    1. la belle: j’avais lu ton blogue la semaine passée à ce sujet… mes sympathies! J’ai lu quelques articles sur internet et l’on fait référence à des enfants de 18 mois et plus… alors me voilà avec un précoce en plus! Tu me donnera le titre exact de ton livre quand tu en auras la chance. Je suis du genre intense quand je pars sur un sujet je lis tout! Parce que franchement, à ce stade-ci déjà, l’hom et moi sommes limites à un burn-out…

  3. Ouille…. Vraiment, on est toutes (et tous) dans le même bateau!!

    Vraiment pas acile sur l’humeur, la patience et le moral, mais il faut passer par là. Ils entrent dans la phase où ils commencent à apprendre à s’affirmer. Et dieu sait qu’ils y vont pas de main morte!!

    Je t’invite à aller lire mon billet sur la bipolarité hyperactive, question de te faire voir que tu n’es pas seule, et de te faire sourire un peu aussi 🙂

  4. Et puis, ils vieillissent et on se prend à regretter ce temps où ils s’exprimaient si spontanément…

    Quand on a eu plusieurs enfants, on sait bien que les crises sont de l’affirmation de soi et on les voit d’un tout autre oeil.

    Il y a toute cette pression sociale que le parent d’un premier-né (qui dans plusieurs cas, sera enfant unique) vit intensément. Ils n’ont que lui pour prouver qu’ils sont de « bons parents » et de bons parents auraient un enfant perpétuellement gentil et heureux.

    Un petit de quinze mois est encore un bébé, il n’a pas d’autre moyen que les cris, les pleurs et la colère pour exprimer son désaccord. Plus il va parler, plus les choses vont se tasser.

    La discipline à quinze mois, personnellement, je n’y crois pas. On vivra de la discipline toute notre vie. Être bébé est une période pour agir en bébé! Laissons-les vivre et s’exprimer, bien en sécurité dans notre amour inconditionnel.

    1. une femme libre: Je me rends bien compte que petit hom tente de s’affirmer et qu’il n’a pas les mots pour le faire. Je tente alors de me mettre à son niveau, de lui dire que je ne comprends pas ce qu’il veut. Parfois j’arrive à faire cesser certaines crises. La fatigue est aussi un facteur important. Trop fatigué ils ne se supportent pas eux-même!

      Mon billet était aussi une demande de vous tous: moi aussi je trouve ça jeune de commencer de la discipline avec un bébé de 14 mois et en même temps je ne veux pas me retrouver avec un gros problème plus tard de l’enfant roi qui devient totalement incontrôlable. Je cherche le juste milieu.

  5. Heu… je me sens moins seule tout-à-coup…

    Mon fils a commencé son terrible two à 15 mois. Est-ce que ton fils a une routine de sieste durant le jour ? Je crois que ça pourrait aider. Toujours faire sa sieste à la même heure… 15 mois… une ou deux siestes ? Mikaël en a fait deux jusqu’à ce temps-là messemble.

    Ici, les crises sont souvent dues à la fatigue. Mettons que la fatigue entraîne un manque de tolérance qui entraîne une crise. Sauf que … des fois… tout comme toi, le matin, drette en se levant, c’est la crise. Alors voilà, le moyen d’expression, c’est ça pour eux. Ils sont entrain d’apprendre à gérer la colère, à gérer la frustration, les mécontentements, etc, etc.

    Il faut être constante (dit celle qui a de la misère en maudit à l’être) et garder son calme (dit celle qui l’a perdu au coin de la rue l’an dernier… son calme là… pas l’enfant… et il n’est jamais revenu … mon calme…)

    Blague à part, c’est moins pire que ça en parraît. Tu es peut-être dans une passe plus difficile. Je crois que tous les enfants sont différents, mais que tout de même, ça va par vague. Alors dis-toi que ça ira mieux bien vite (pour retomber après dans les crises… :P)

    Bonne chance !

    1. Marie-Michèle: chaque fois que je te lis sur ton blogue, ton fils semble être un petit ange!!!! Ici les siestes se font à la CPE entre 12h30 et 14h30. C’est le seul temps de la journée qu’il dort. À 19h la plupart du temps il va faire dodo. Avant nous faisons la routine du bain, de lire quelques livres puis le dodo. Généralement je le couche, il chigne 2-3 minutes puis il se couche. Je n’ai pas trop de misère à le coucher… la première fois mais s’il se réveille la nuit là c’est une autre histoire!

      En effet les crises sont plus fréquentes lorsqu’il est fatigué. J’ai demandé à la CPE pour qu’ils leur fasse faire une sieste le matin mais ils n’ont pas le temps! (l’heure du diner commence vers 11h30…)

      Merci pour tes mots et tes encouragements!

  6. « Mon mien » a seize mois, et le même genre de caractère (pourtant, il n’est pas roux ;)).

    Mais je vais tout à fait dans le sens d’Une femme libre : la discipline à cet âge-là, ça n’existe pas, c’est juste du dressage.

    Ils font face toute la journée à tout un tas de frustrations : les interdits, les obstacles encore infranchissables, tout ce qu’ils voudraient faire et qu’ils n’arrivent décidément pas, bref, je me mets deux minutes à sa place, et je crois que je ferais une crise de nerfs trois fois par jour de frustration…

    Alors oui il hurle. Quand je suis à l’extérieur, j’essaye de faire diversion comme je peux pour éviter de déranger tout le monde. Mais quand je suis à la maison, alors je le prends dans mes bras (qu’il le veuille ou non) et je le laisse pleurer tout ce qu’il voudra. Comme ça, il évacue sa colère, et en général, il finit par s’arrêter tout seul d’un coup, et reprend alors ses activités.
    Ils ont besoin de pleurer, il faut leur en donner l’occasion.
    Je ne dis pas qu’il faille les laisser pleurer seuls dans leur coin, je lui donne toute mon attention quand ça arrive.
    C’est parfois insupportable tellement ça dure, mais depuis que je me dis que c’est un besoin qu’il a pour faire face à toutes ces émotions qu’il rencontre dans la journée et qu’il n’a pas les moyens d’exprimer, ma patience a pris beaucoup d’ampleur 😉

    Bon courage, en tout cas… Je compatis de tout mon coeur !

    1. caroD: ici dès que je le prends il arrête les cris. Le problème c’est : 27 livres (si pas plus)… En effet c’est sûrement un besoin de (mal) s’exprimer! Je tente d’être tolérante mais ferme tout à la fois. Beau défi!

      1. Le mien en pèse encore plus, mais ça fait les muscles 😉

        Sacré défi en effet, ça nous prend toutes nos forces hein…
        Mais je trouve que si on se pose toutes ces questions, c’est qu’on essaye de s’y prendre du mieux qu’on peut, et ça, c’est déjà un super bon point 🙂

  7. Quand fiston était un peu plus jeune, oui ça m’est arriver… mais ce n’était que des phases d’ajustements.
    Exemple plus récente, mon neveu quand il avait était « terrible » mais là il va avoir deux ans ce mois ci et il a beaucoup changer, il est plus calme, cris//pleur moins… j’imagine que lui aussi c’était une phase d’ajustement, et je suis sur qu’avec ton beau fiston, c’est la même chose!
    Je peux pas te dire comment faire, chaque enfant, chaque parent sont différent… mais la constance dans la discipline fait toute la différence 🙂
    Bref, je suis de tout cœur avec toi car tu as bien raison, ce n’est pas facile!! xoxo

    1. xjanesatticsx: c’est vrai que c’est différent pour chacun. Mais il doit y avoir des grandes lignes directrices quand même. Parfois j’ai de la difficulté à tracer la ligne justement. Pour ma part je reste toujours calme devant petit hom. Quand il est hors de ma vue souvent je craque, je fond en miettes… moi aussi je dois évacuer le surplus de décharges!!!

  8. Quand je dis discipline je veux dire moyen de le calmer et te calmer toi aussi quand ça arrive car c’est vrai qu’à cette âge là la discipline « discipline »… nada!!

  9. Terrible two c’est une moyenne! Ça peut -être avant, ça peut être après et dans les cas les plus rares, ça peut être jamais aussi! BOnne chance!

    1. catellina: ceux qui n’ont pas de terrible two et que leur enfant font leurs nuits dès le premier mois je leur dis : « je vous haïs…!!! » (ben non pas méchamment là… par jalousie tout simplement, par envie!)

  10. Bonjour Demijour!

    S’il se lève si tôt (5hre30, ouille) il a peut être encore besoin de ses deux petites siestes?
    Sur mes six, j’en ai eu un seul qui avait ce type de caractère explosif (mon deuxième, mais le premier né de mon mari actuel) et j’ai trouvé ses premières années vraiment difficiles par bout. Des policiers sont même déjà venus chez-nous, alertés par nos voisins, sans doute persuadés qu’on le torturait! Vraiment pas plaisant et très traumatisant.

    Un truc de la ligne info-parent, que nous avions appelés en désespoir de cause, nous a aidé: l’ignorer ou du moins rester neutre, ferme (quand c’est dangereux c’est dangereux) et calme lors de ces crises, en nous assurant de sa sécurité bien entendu. En contrepartie, nous nous exclamions ou soulignons à chaque fois qu’il était gentil, drôle, qu’il avait une attitude recherchée à table, en automobile, avec les autres… En effet, sans nous en rendre compte, nous investissions beaucoup plus d’énergie, d’émotion, d’attention, d’emphase etc… lorsqu’il faisait ses crises. Inverser le processus a aidé, mais ce n’est pas instantané. Comme tu le disais, lorsque tu ignores ses crises, elles augmentent. Elles vont sans doute être pires au début, mais disons que c’est un investissement à moyen terme qui rapporte.
    Ensuite, il a fallu que nous apprenions à mettre un peu d’eau dans le vin de nos angoisses de parents-poule et à relativer certains de nos NON, pour accepter certaines de ses initiatives. Ces petits enfants explosifs ont souvent des caractères autonomes et forts et ils aiment être capable. Par exemple dans le bain, s’il y a un bon tapis très long et que tu es tout près, laisse-le être debout, mais explique-lui que c’est plus dangereux qu’assis et que ça t’inquiète parce que tu ne voudrais pas qu’il se fasse mal, mais qu’il peut le faire en te tenant la main ou en se tenant sur le bord calmement…
    Ensuite le truc des deux choix qui plaisent à maman est génial aussi. Tu as le choix: debout dans l’escalier avec la main de maman, ou seul à quatre pattes? Tu as le choix, assis dans le bain avec des bulles ou debout calmement sans les bulles?

    Voilà ce qui a marché chez-nous.
    Surtout n’oublie jamais que ce n’est qu’une période qui passera vite, surtout si vous adoptez, grosso modo et dans la mesure du possible, tous deux la même ligne de réaction 😉

    1. france: Tu en as 6???? Je me prosterne!!! J’ai, en effet, essayé de faire du renforcement positif sur les comportements positifs. Légères améliorations. Mieux que rien. Je tente t’être plus attentive à ses demandes, à son non verbal puisqu’il ne peut pas parler. J’aime beaucoup l’idée de lui donner deux choix (qui eux nous conviennent). Je mets ça dans le sac à truc! Merci bien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s