de tout et de rien… de rien du tout en fait!


Normalement j’ai un but quand je vous écris.  Je veux vous informer de quelque chose.  Je veux partager avec vous mes pensées, mes idées, mes trucs.

Aujourd’hui je vous écris pour vous parler de tout et de rien du tout!

Parce que ces derniers jours je n’ai pas l’âme aux mots.  Ils viennent difficilement.  Ils ne disent pas ce que je veux vraiment dire.  Comme s’ils n’étaient pas assez puissant…

J’ai commencé à travailler.  Pour vrai.  Avec mes clients et toutes les responsabilités que ça incombe.  Depuis le 1ier mai, je suis encore plus consciente que je ne suis pas à ma place.  Car une partie de mon travail consiste à préparer des états financiers.  En fait ça se fait tout seul avec l’aide de données qui sont transférées dans un système qui fait les états financiers.  Je dois les vérifier, les analyser, les réconcilier.  Et faire tout ça ça m’énerve, ça m’impatiente.  Heureusement je le fais avec beaucoup d’humour et quand rien ne fonctionne je dis milles niaiseries pour faire rire l’entourage.  Comme par exemple que je ne suis pas née pour réconcilier des chiffres qui ne balancent pas; que je suis plutôt née pour regarder les papillons voler!  Une façon de dire que je préfère rêver, écrire et lire que de travailler en finances.

Durant ma formation en administration, nous devions faire de la réconciliation.  Vous savez la colonne de gauche doit être égale à celle de droite.  C’est là que je m’emportais.  Après plusieurs essais et des échecs successifs à trouver la réponse, je lançais mes cahiers à bout de bras, frustrée comme le diable au paradis!

J’ai donc repris une partie de mes clients d’avant.  Mais le gars qui a fait le travail a bâclé pas à peu près ses tâches.  Me voici donc avec le grand plaisir de probablement devoir réconcilier des mois et des mois en arrière, de devoir refaire des états financiers mois par mois en reculant je ne sais combien de mois (dieu merci je suis partie juste 1 an!).  Voyez-vous, même si j’haïs ma job, je m’efforce de bien le faire, je tente de m’appliquer dans ce que je fais.  Je tente de m’assurer que tout roule sur des roulettes, je mets en place des techniques pour que les choses « se fassent tout seul » (des modèles, des préparations d’avance).  J’ai peine à croire que certaines personnes puissent n’avoir aucune conscience professionnelle.  Mais bon ça existe pour vrai, je vous le jure!

Alors ces derniers jours je me demande pourquoi je suis là, en finances.  Je vais continuer d’y réfléchir et je vous y reviendrai un de ses 4.   Et je sais, vous allez me dire de changer de travail.  De chercher pour autre chose.  Je sais tout ça.  Mince tentative avant mon retour officiel.  Mais quand je pense à mon champs d’expertise, difficile de me présenter chez Elle Québec pour devenir chroniqueuse!!!  Même si je suis une passionnée…

Dans un autre ordre d’idée, je suis à milles lectures en même temps.  À suivre.

Je vous reparlerai sous peu de mon expérience sans maquillage aujourd’hui!

Publicités

8 réflexions sur “de tout et de rien… de rien du tout en fait!

  1. Je crois que ce retour ne fait que te prouver que tu n’es probablement plus à la bonne place et que tu as besoin de défis !

    Ça prends du temps pour trouver sa voie (je le sais, j’ai étudié quelques années de plus pour obtenir enfin ce que je voulais!) – mais une fois qu’on l’a trouvé, on peut aussi se rendre compte qu’on veut autre chose 😉 (c’est d’ailleurs encore mon cas!).

    Je suis en éternel questionnement, mais j’essaie de profiter de chaque moment qui passe, et surtout de chaque opportunité ! Ouvre tes yeux, peut être le destin t’envoie des signes 😉

    1. La Belle: en même temps des défis… je ne sais pas. Tsé le confort des fois ça fait du bien. J’ai tellement voulu me surpasser dans le passé. Là je prends ça relax… pour l’instant!!! Mais je garde les yeux ouverts et comme on dit  » y’arrive jamais rien pour rien »

  2. Je dis pareil, tout pareil.
    Ca me frustre, me tourmente, me déstabilise et me déconcentre….. Mais je ne suis plus à ma place où je suis, sans pour autant savoir quoi faire d’autre….

  3. Ouhlala ces témoignages trouvent écho chez moi! Quoique c’est cyclique dans mon cas. Des fois j’aime, des fois je déteste. C’est bien aléatoire eet, je vous rassure, ça n’a rien à voir avec les SPM!!! J,ai eu une job super tripante avant, mais les horaires étaient épouvantables et ne permettaient pas d’avoir une vie sociale. Là j’ai les horaires rêvés, mais un job qui me stimule plus ou moins. Bref, je commence à penser que la job idéale n’existe pas.

    En passant, je partage avec vous ce long billet sur le changement de carrière mis sur une blogue. http://journalisteabicyclette.wordpress.com/2010/01/01/changement-de-carriere-101-premiere-partie/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s