Mon attirance…


Depuis longtemps je suis fascinée par l’Asie.  Par le Vietnam plus précisément.  Je ne peux expliquer pourquoi.  Il n’y a pas de lien.  Pas d’événement.  Ça m’attire c’est tout.  C’est comme ça.  C’est ancré en moi.

Je suis présentement à la lecture d’un livre admirable. 

Admirable par sa sensibilité.  Admirable par la qualité des mots choisis pour décrire une vie.

 Il s’agit du titre Ru de Kim Thúy.  Je l’ai découverte lors de son passage à Tout le monde en parle il y a quelques mois déjà.

 Elle est Vietnamienne d’origine mais a immigré au Québec quand elle était enfant.  À Granby plus précisément.

Son livre nous partage ses souvenirs d’enfance de son passage de sa vie d’ailleurs à la vie d’ici.

 Dès les premières pages j’ai été bouleversée.  J’ai dû contenir mes larmes à plusieurs reprises.  Je lisais dans un lieu public. 

 C’est un livre que j’ai emprunté à la bibliothèque de mon quartier.  J’ai attendu longtemps que mon tour arrive pour accéder à une copie.   

Je veux me le procurer.  Parce que c’est indescriptible.  Parce que c’est à mes yeux, une œuvre.  C’est une ouverture vers le monde.  C’est un partage sans attente.  La lecture du livre est riche en émotion.  Pas en action.  En émotion pure et dure. 

Je vous cite une partie du livre qui m’a émue au plus haut point ce matin :

 « Si une marque d’affection peut parfois être comprise comme une offense, peut-être que le geste d’aimer n’est pas universel : il doit aussi être traduit d’une langue à l’autre, il doit être appris.  Dans le cas du vietnamien, il est possible de classifier, de quantifier le geste d’aimer par des mots spécifiques : aimer par goût (thích), aimer sans être amoureux (thu’o’ng), aimer amoureusement (yêu), aimer avec ivresse (), aimer aveuglement (mù quáng), aimer par gratitude (tình nghĩa).  Il est donc impossible d’aimer tout court, d’aimer sans sa tête. »  (p.104)

J’ai trouvé ça beau.  Il faut être dans le contexte où elle explique l’importance de la tête pour les Vietnamiens.  Parce qu’elle dit que « l’amour vient de la tête et non pas du cœur… il suffit de toucher la tête d’un Vietnamien pour l’insulter, non seulement lui mais tout son arbre généalogique » (aussi p. 104) 

C’est donc un autre coup de cœur que je vous livre.  Si j’étais Vietnamienne, ça serait un coup de tête!

 À lire, à relire, à conserver près de son cœur pour revenir à l’essentiel de la vie.

Publicités

6 réflexions sur “Mon attirance…

    1. la belle: la beauté des livres c’est qu’on a toute une vie pour pouvoir les lire… ce qu’on ne sait pas c’est quand la fin sera là! Il ne faut donc pas perdre de temps 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s