La ligne de l’infidélité


Ça fait un bout de temps que je voulais écrire sur l’infidélité.

J’ai d’abord trouvé le sujet délicat.  Pour toute sorte de raisons.

Mais l’infidélité fascine.  N’êtes-vous pas les premiers à lire un début d’article en y voyant ce mot?

Personne n’est infidèle mais pourtant les chiffres disent autrement.  Et nous serions tous surpris de savoir que les statistiques sont quand même assez élevées.

Mais c’est quoi une infidélité?  Qu’est-ce que c’est pour vous?

La pensée d’une autre personne? Un flirt sans conséquence et sans contact physique? Ou comme Clinton : « une pipe ça ne compte pas comme une relation extra conjugale! », un baiser?

C’est quoi la vraie ligne qui trace l’infidélité?  Y a-t-il seulement une ligne?

Pardonneriez-vous une infidélité à votre conjoint?

J’ai lu beaucoup d’articles là-dessus.  Quelque part ça me fascine.  J’ai souvent voulu comprendre pourquoi les gens étaient infidèles.  Pourquoi il y avait des cocus.

L’infidélité chez la femme est différente de chez l’homme. 

La femme veut se sentir désirée, elle veut d’abord plaire.  Si une femme sent qu’elle ne plaît plus à son conjoint, qu’elle ne le fais plus vibrer, qu’elle se sent acquise, il y a un désir (conscient ou inconscient) de vouloir séduire.  Si le conjoint ne répond pas aux demandes répétées, il y a des chances que cette femme ait des envies de voir ailleurs.  Pour se faire séduire, se sentir importante, intéressante et valorisée aux yeux de l’autre.

Chez l’homme il semblerait que l’infidélité est plus complexe dans le sens que c’est plus souvent pour combler un besoin physique innassouvi (comme une partenaire qui ne veut pas faire certaines choses au lit, ou qui refuse les rapprochements ou que la quantité de relations soit insuffisantes) .  Il se peut aussi que le désir de vérifier s’il plaît encore soit présent aussi et que ce ne soit pas que physique.

Parfois je me suis demandée pourquoi l’être humain aurait besoin d’avoir une relation fidèle avec son conjoint.  Y-a-t-il des animaux qui soient fidèles?  Surement mais ce n’est pas la majorité.

Vous me direz que nous ne sommes pas des animaux.  C’est vrai.  Nous avons la capacité de réfléchir, d’analyser, de comprendre certaines choses.  Nous avons des émotions.

Ce n’est que moi et je me trompe peut-être mais j’ai pensé que cela pouvait venir de notre éducation religieuse et de la médecine.

Avoir plusieurs partenaires augmentent les risques de maladies.  Autrefois, guérir les ITS n’étaient pas comme aujourd’hui.  Être infidèle pouvait causer un problème de santé collective.  Les condoms et les médicaments ont réglés la situation d’aujourd’hui.

N’empêche les raisons qui poussent les gens à être infidèle sont nombreuses. 

Être infidèle c’est d’abord se mentir à soi-même.  C’est de refuser d’admettre que quelque chose ne va pas.  C’est de refuser de trouver des solutions et de travailler sur son couple pour que ça fonctionne.  C’est d’avoir perdu l’espoir que c’est encore possible d’aimer cette personne.

Mais alors pourquoi ne pas la /le quitter?

Les enjeux sont parfois plus grand: les enfants, la maison, les voitures, le statut social.

La peur est trop grande de tout perdre et de recommencer à zéro.

Sommes-nous trop attaché au matériel, sommes-nous trop capitalistes?

Je vous pose beaucoup de questions.  Beaucoup de questions qui n’ont pas de bonnes réponses.

Oser en parler – anonymement si vous voulez.

Je suis curieuse de vous entendre.  Oui vraiment curieuse de savoir…

Publicités

27 réflexions sur “La ligne de l’infidélité

  1. Moi aussi je me demdande pourquoi la fidélité existe. Non pas que je ne la trouve pas importante, mais je me demande d’où vient cette normalité de garder le même partenaire..

    Je suis très fidèle et jamais je ne pourrai embrasser/avoir des relations/être trop proche physiquement avec une autre personne que mon chum. C’est inconcevable pour moi. Je peux comprendre que l’on désire parfois voir ailleurs. En quelque part, j’imagine même que ce soit normal.

    C’est bizarre d’avoir autant de questions sans réponse. C’est tellement vague comme concept, mais tellement ancré dans nos valeurs..

    1. sam: nous sommes deux à essayer de comprendre d’où vient cette norme! Il ne faut jamais dire « jamais ». J’ai dis que je n’aurai JAMAIS d’enfants…. et ce n’est pas un accident!

  2. Je vais reprendre presque mot pour mot un commentaire que j’ai écrit sur le site de La chute de la pomme parce que, bien que ça ne soit pas exactement le même sujet, la thématique est la même, soit les relations homme-femme.

    À mon avis, il faut se demander qu’est-ce qu’il y a à gagner ou à perdre dans l’infidélité d’un point de vue strictement biologique. Voyons ça d’un peu plus près. La femme « investit » beaucoup plus de ressources que l’homme dans la reproduction. Ce dernier n’a qu’à tirer un coup pour se reproduire alors que la femme doit produire l’ovule et ensuite « investir » neuf mois de sa vie et de son énergie à porter à terme sa progéniture. Elle a donc tout intérêt à s’assurer que tout ça n’aura été en vain.

    De son côté, qu’est-ce que l’homme a à perdre dans la reproduction? Deux cuillères à soupe de spermatozoïdes? Il en produit des millions à tous les jours… alors que la femme, elle, a tout à perdre dans la reproduction. Chacun de ses ovules est précieux et la grossesse la rend très vulnérable à tout abandon de son « pourvoyeur ».

    Donc, la fidélité est beaucoup plus importante pour la femme que pour l’homme. En investissant autant biologiquement dans la reproduction, la femme se retrouve en « déficit budgétaire » et doit donc trouver des moyens de se refaire. Ne pas être en mesure de s’assurer de la fidélité de son partenaire est probablement un bon moyen de handicaper ses chances de succès pour l’avenir de sa progéniture.

    Ce sont là quelques réflexions. Évidemment, il faut prendre tout ça avec une certaine dose de prudence et voir que ça n’explique pas tout. C’est une piste.

    1. le barbare: c’est un point de vue que j’aime bien. Toutefois puisque les animaux ont aussi des ovules et des spermatozoïdes, pourquoi n’ont-ils pas la notion de fidélité? Ton commentaire me rappelle aussi un peu la précarité de la femme par rapport à l’homme en général. Quoi qu’aujourd’hui ces principes ne s’appliquent plus aussi strictement (dans le monde Occidental). Est-ce à dire que nous sommes dans un tournant significatif de l’Humanité là en ce moment même et que dans des milliers – sinon des millions d’années nous passerons pour une espèce dépassé un peu comme quand on compare l’homo sapien et l’homo érectus?

    2. Ma chère demijour, il faut faire attention de ne pas généraliser à tous les animaux certains comportements particuliers qui ne sont, peut-être, que le lot d’un petit groupe. Car on retrouve chez tous les animaux un très vaste répertoire de comportements qui couvrent à peu près toutes les formes possibles et imaginables de relations entre partenaire de sexes opposés.

      Par exemple, la fidélité existe bel et bien chez certains animaux, entre autre certaines espèces d’oiseaux dont les fort bien nommés inséparables. Et bien que dans la vaste majorité des cas, ce soit la femelle qui s’occupe d’élever sa progéniture, il faut savoir que chez les hippocampes, c’est le mâle qui non seulement tient ce rôle, mais porte même dans une poche spécialement adaptée à ça, les œufs jusqu’à ce qu’ils éclosent.

      De la même manière, on retrouve aussi des harems et de l’infidélité à profusion. Les animaux nous surprendront toujours, tu sais…

      Quant aux relations entre les hommes et les femmes ainsi qu’aux rapports de force qui s’établissent entre eux, n’est-ce pas une occasion rêvée pour démontrer une fois pour toute que notre cerveau, produit de milliards d’années d’évolution, peut servir à nous affranchir de ces rôles sexistes et rétrogrades?

      Je crois que oui.

      1. Tu fais bien de me remettre à l’ordre le Barbare! J’ai tendance à généraliser… fâcheuse tendance d’ailleurs! je n’avais pourtant pas eu l’impression de généraliser ni dans mon commentaire ni dans mon billet. Je suis d’accord (parfois l’expression écrite porte à confusion) certaines espèces ont des comportements de fidélité/infidélité semblable à nous.

        Quand à notre cerveau et ses démonstrations, c’est là un sujet à part entière pour un autre bon billet. Chez toi ou chez moi???? 😉

    1. Drew: c’est vrai que c’est lui l’expert. Si jamais tu arrives à lui parler, non mais si jamais vraiment tu peux, j’aurais des questions à lui poser! Mais tout compte fait, dans la merde comme il est, chu pas certaine qu’il comprenait. Il a peut-être compris là. Tsé on apprend de nos erreurs… il parait!

    1. La Belle: et toi as-tu quelques réponses pour moi?

      À tous : je vois bien toute la délicatesse du sujet. Personne ne se mouille vraiment. Peut-être n’y a-t-il rien à dire dans le fond à ce sujet… même si vous êtes le double de lecteurs à chaque jour depuis la publication du sujet!!!!

      1. Je vais me mouiller comme tu dis 😉

        Mon avis très personnelle sur ladite question d’infidélité… (connaissant quelqu’un qui a été et qui est toujours infidèle…)

        Y’a des personnes qui dans la vie ne sont jamais satisfait de ce qu’ils ont (et le seront probablement jamais ? qui sait…). Ils doivent aller voir ailleurs pour savoir si c’est plus vert. Mais on sait que même si c’est plus vert, il y aura toujours un autre gazon plus vert ailleurs !
        D’autres personnes manquent tout simplement d’affections ou autres dans leurs propres couples et doivent aller ailleurs chercher ce manque.
        Peut être aussi que d’autres sont infidèle parce que ça va très mal dans le couple et de toute façon, ils ne sont plus vraiment ensemble.
        Et peut être que d’autres ne sont tout simplement pas capable de communiquer avec leur douce moitié et vivent des frustration « sexuelles » ou autre qui doivent être règlé avec une autre ou d’autres personnes.

        Finalement, j’imagine que d’autres personnes sont comme Tiger, toujours plus !

        Mais l’être humain, étant aussi complexe qu’il l’est physiquement (on ne sait pas encore les causes de la majorité des maladies…) que psychologiquement, il doit y avoir 1001 raisons pourquoi l’infidélité existe et probablement 1001 réponses à tes questions.

        Mais comme toi je crois que parfois l’infidélité doit exister parce qu’une personne est incapable de laisser sa vie, ses enfants, sa maison, bref son « life style » pour être mieux ailleurs (si elle est malheureuse dans le « life style »).

        Ceci étant dit, je ne suis pas infidèle. Mon chum le lirai dans mes yeux si ça arrivait 😉 (je suis trop un livre ouvert!)

      2. la belle : enfin UNE brave! Comme je disais il n’y a pas de « bonnes réponses » mais que des réflexions basés sur des connaissances et des expériences diverses.
        C’est vrai qu’il y a des insatisfaits chroniques. L’infidélité est nécessairement causé par un manque. Sinon ça n’existerait pas. Serait-il utopique de croire qu’une seule personne puisse combler toutes nos attentes, nos désirs?
        Je pense que c’est peut-être une question de pourcentage? Être déçu à 10% de l’autre vs à 95% de ce que l’autre fait et est ça peut pencher dans la balance. Mais là être déçu c’est aussi une question d’attente.

        J’pense que je me suis embarquée dans une réflexion un peu trop grande par rapport au temps que j’ai !!! C’est complexe l’être humain.

  3. « La femme veut se sentir désirée, elle veut d’abord plaire. Si une femme sent qu’elle ne plaît plus à son conjoint, qu’elle ne le fais plus vibrer, qu’elle se sent acquise, il y a un désir (conscient ou inconscient) de vouloir séduire », disais-tu dans ton post. C’est tellement vrai!

    On a discuté de cette épineuse question entre collègues (féminines) il y a quelques semaines. Quatre filles entre 27 et 30 ans, en couple depuis environ 7 à 10 ans. La réponse qui a fait l’unanimité : si on pouvait avoir un amant sans subir les conséquences, on le ferait. C’est vraiment une question d’aventure et d’excitation pcq on a toutes reconnues qu’on était avec des bons gars pleins de qualités et avec qui on croit qu’on pourrait faire notre vie, avoir des enfants, etc. Assez paradoxal, non? T’aimes, t’es bien, mais tu veux aller voir ailleur pcq l’inconnu est toujours plus « trillant » que les vieilles pantoufles!

    1. Claudia: C’est pour cela qu’il faut faire attention à l’autre, qu’il faut faire attention à son quotidien. Alexandre Jardin en a long à raconter là dessus!!! Si seulement les hommes étaient prêts à en faire autant que lui… et les femmes aussi. C’est un jeu qui se joue à deux, comme tout le reste!

  4. Hello les gens,

    Je ne commente pas souvent ici mais cet article m’a fait pensé à un autre article que j’ai lu sur un site plutôt « orienté » sur l’infidélité, Gleeden, mais assez bien fait.
    Personnellement ça a un peu mis en perspective des questions que je pouvais/peux me poser sur ce sujet : http://www.gleeden.com/index.php?page=news&id=110

    Voilà, j’espère que vous aussi ça vous donnera une autre façon de voir les choses 🙂
    Comme quoi, on n’est jamais à l’abri d’avoir un jour envie d’aller voir ailleurs !

  5. Euh, suis pas d’accord là…
    Etre infidèle, non, ce n’est pas d’abord se mentir à soi-même.
    Et ce n’est pas refuser d’admettre que quelque chose ne va pas.
    Tout ça dépend clairement de la personne, mais aussi de ce qu’elle traverse.
    Curieusement, quand quelque chose ne va pas dans ma vie amoureuse, alors je ne suis pas infidèle. Justement parce que je veux me poser les bonnes questions, ne pas embarquer un autre élément dans le débat que je me livre.

    En revanche, j’ai été infidèle alors que tout allait bien.
    Et alors la seule personne à qui je mentais par omission, c’était celle qui partageait ma vie.

    On peut aimer aller déjeuner avec son homme, et pourtant aimer aussi aller déjeuner avec un autre.
    Ca ne veut pas dire que quelque chose se passe mal quand on déjeune avec son homme pour autant.
    J’aime le plaisir.
    J’ai plaisir à me sentir désirée par un homme que je désire, quand bien même je désire et je suis désirée par mon homme « officiel ».
    C’est annexe.

    Les infidélités ne sont pas toutes le résultat de relations qui ont du plomb dans l’aile.
    Et les infidélités n’existent pas seulement parce qu’on n’a pas le courage de quitter l’autre.
    Dans ma précédente relation, qui a duré 13 ans, ce qui n’est pas rien, je n’avais rien à perdre.
    Je ne quittais pas cette personne parce que je l’aimais. Pas pour des histoires matérielles ou d’enfants ni rien.
    Mais il m’est arrivé de la tromper. Sans pour autant qu’il n’y ait aucun manque dans notre relation.
    En revanche, quand j’ai senti que l’amour commençait à faire place à un sentiment plus « fraternel », que j’ai compris alors que la relation devenait moins conforme à ce que j’attendais, alors j’ai cessé mes infidélités, parce que je me suis recentrée sur ce qui se passait de si important dans ma vie.

    bref, il faut que je file, ce n’est pas plus mal, parce que je pourrais continuer des heures !

    A bientôt,

    Bises 🙂

    1. CaroD: enfin une autre qui se mouille ! J’adore. Encore plus quand tu me contredis. Ça ouvre à la discussion; à la réflexion. C’est vrai qu’il n’est pas nécessaire que ça aille mal dans un couple pour se retrouver dans une situation d’infidélité. C’est parfois le fruit du hasard. Une rencontre fortuite. C’est vrai que le plaisir de séduire, le plaisir de se sentir encore désiré par d’autre redonne à chacun la satisfaction de savoir que l’on plait – que l’on pogne encore comme on dit ici!

      Et bien si tu peux en parler pendant des heures, pourquoi ne pas nous en faire un nouveau billet???

  6. Parce qu’autant je n’imagine pas que mon homme me suive jusque dans les commentaires sur d’autres blogs, autant je ne suis pas bien sûre qu’il n’aille jamais lire ce que j’écris sur le mien….. 😉

  7. Mon Hom lit mon blogue. Mais je lui en avais parler avant que j’allais écrire un billet sur ce sujet. En rapport à d’autres blogues que j’ai lu mais aussi à cause de nombreux articles que je vois dans des cyber bulletins (clin d’oeil, coup de pouce, etc…)

  8. Quelle ligne à franchir….je crois bien qu’on est fidèle ou infidèle pour différentes raisons. Pas de réponses uniques. Perso, c’est un loisir, un luxe. M’offrir un moment de plaisir qui va bien au-délà des plaisirs physiques. Celui de plaire, de la séduction, de penser à moi, juste à moi. Ce sont mes raisons qui me poussent à être infidèle. Mais, et très grand mais, j’ai mes raisons d’être fidèle. Pc que je sais que pour mon homme, ce serait une trahison, que je le blesserait. Que pour lui, ce serait contre lui plutôt que pour moi. Parce que j’ai dit « oui » par choix, pas amour. Alors, je suis fidèle. Mais, quelle est la ligne? On fait quoi du petit flirt au boulot? Du regard soutenu dans l’ascenceur…? Finalement, y-a-t-il vraiment une ligne??

  9. Salut,

    après un tour rapide, j’aime bien votre blog…Je reviendrai peut être plus tard pour commenter ce billet en question, parce qu’il y a un bon moment que je me pose aussi cette question sur la notion de la fidélité / Infidélité. Je me retiens encore à écrire parce que sujet assez délicat. Je pense que je vais le terminer d’ici peu…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s