Fol allié – la critique!


C’est en bloguant sur un blogue d’un blogue d’un autre blogue que je me suis retrouvée sur le blogue de PATRICK DION.  Oui oui c’est souvent comme ça que je découvre de nouvelles lectures…

Avant le blogue je ne connaissais pas la personne.  Ni l’auteur.  Normal c’est son premier livre.  Je ne le connais toujours pas personnellement.  C’est une de mes nombreuses connaissances virtuelles.

J’étais intriguée.  D’abord de pouvoir être aussi proche (virtuellement) d’un auteur à l’aube de la sortie de son premier livre rendait l’expérience encore plus « télé-réalité » (dans le bon sens – plaisir de voir en direct les craintes, l’état d’âme d’une personne à un moment déterminé).

Et puis quelque part je l’enviais.  L’enviais d’avoir écrit.  D’avoir trouvé une maison d’édition. D’avoir une idée.  Ça rendait à mes yeux le métier d’auteur plus accessible même si ce n’est pas évident.

Quelque part aussi, je voulais, en achetant le livre, encourager une personne qui me semble familière, facile d’approche, sympathique et qui n’a pas peur des mots et des conséquences.  Un auteur d’ici.

Alors voilà pourquoi je voulais vous parler du livre que j’ai lu dernièrement: FOL ALLIÉ de Patrick Dion.

Tout d’abord j’ai été charmé par le concept de la bande-annonce avant la sortie du livre.  Innovateur tout simplement.  Fallait y penser.  Un concept marketing qui va sûrement s’étendre dans un futur pas si lointain.  Même si la critique sur la bande-annonce était mitigée: certains trouvaient que ça enlevait à l’imagination du plaisir de la lecture; comme si le « punch » était vendu (pas vraiment à mon avis).  D’autres n’ont eu qu’une envie: de vouloir en savoir plus, de vouloir lire le livre.  J’ai été de ces personnes là.  J’ai personnellement trouvé que ce coup de théatre en bien comme en mal était une bonne publicité somme toute (parlez en bien , parlez en mal l’important c’est qu’on en parle est une devise qui parle d’elle même!)

Voilà j’arrive au vif du sujet: LE LIVRE.

J’ai commencé à le lire comme presque n’importe quel autre livre qui se retrouve sur ma table de chevet: sans attente.  J’avais déjà oublié la bande-annonce.  Je n’avais aucun personnage pré-fait en tête.  Je partais sur une aventure qui s’est avérée trop courte.

Au début, je me souviens d’avoir aimé le style.  Puis certains soirs (je lis toujours avant de dormir environ 30 minutes) je trouvais ça lourd.  Lourd dans les émotions.  Lourd pour mon âme.  Lourd de lire la souffrance d’un homme – qu’elle soit réelle ou non.

Je ne suis pas habituée à ça.  Pas habituée de me voir livrée comme ça , à nue devant l’âme d’un homme.  Ça me déstabilisait.  Ça me dérangeait.  Quelque part je ne voulais pas en entendre parler mais je voulais savoir.  Je ne pouvais pas laisser le livre là.  J’aurai eu l’impression de laisser tomber le personnage.

L’émotion est toujours présente.  Intense.  C’est parfois difficile d’être aussi proche des émotions d’un homme.  Je n’étais pas prête à ça. 

J’ai aimé la chronologie du livre.  Même si parfois j’ai trouvé que le personnage principal était trop seul et j’aurai voulu voir arriver des personnages nouveaux au passage.  Ça explique peut-être un certain malaise de ma part face aux blessures d’amours et aux mots parfois trop crus qui venait me chercher.

La fin est sublime.   Inattendue.  Bien sûr je ne vous donnerez pas le clou final!

J’ai été parfois mal à l’aise.  J’avais l’impression d’en savoir trop.  Je voyais Patrick Dion lui même dans sa déchéance.  Reste qu’un roman c’est une fiction.  Mais il y a toujours une part de nous, même voilée, dans nos écrits. 

Je ne sais pas si j’aurai osé signé un livre après m’avoir livré avec autant d’intensité.

L’auteur est unique dans son écriture.  Dans le style.  J’avais parfois l’impression de lire du Alexandre Jardin.  Peut-être juste à cause de la peine d’amour.  J’ai aussi eu l’impression de retrouver un peu de Marc Lévy.  Mais même si je le compare à ces auteurs, je suis fière de vous dire que c’est un gars d’ici – du Québec.  Et que même si, à mon avis, j’y vois quelques ressemblances, il est unique tout simplement.

Un auteur qui gagne à être connu et qui, j’ose espérer, saura nous pondre un nouveau roman tout aussi touchant sans tomber dans la répétition de quelque chose de trop semblable à son premier.

J’ai aimé.  J’ai adoré.  Je mets un gros « coup de coeur » sur le livre.  Vous DEVEZ le lire.  Juste pour vous déstabilisez un peu…

Ben quoi, allez-y le chercher votre exemplaire!  Attendez pas jusqu’à Noël…

P.S. je tiens à préciser que je ne connais pas l’auteur, que ma « critique » ne sont que mes humbles opinions et que je le fais pour le plaisir de vous partager de nouvelles lectures!

Et si Patrick Dion me lit: À quand ma dédicace de ton livre???

Publicités

8 réflexions sur “Fol allié – la critique!

  1. J’ai bien aimé ta critique.
    J’ai aussi découvert le blogue de Patrick Dion il y a quelque mois. J’avais vue qu’il avait écrit un livre sur le point d’être publié.
    Je vais le lire son livre… parce que ta critique m’as interpelée.
    Bye bye 😉

  2. « Ah non », pas une autre livre à ajouter à ma déjà longue liste des livres à lire d’ici la fin de mon super congé de maternité 😉 !
    Je suis certaine que je vais trouver le temps de faire mes nombreuses lectures sur ma belle chaise reçu en cadeau à ma fête cet été !
    Belle critique, bien étoffée et surtout bien écrite ! Merci !

    1. la belle: toujours autant de compliments 🙂 Ben faudra que tu le mettes sur le dessus de ta pile. Parce que ça se lit bien. Ça brasse « le dedans », ça fait réfléchir mais en même temps on veut savoir … Je te le dis: max le 3ième sur ta pile. Pas plus !

    1. CaM: c’est tout simplement ingénieux que d’avoir pensé à la bande-annonce. Et ne crois pas tout savoir du livre en ayant vu la bande-annonce. C’est un « teaser » , un avant-goût. Bonne lecture et bienvenue par ici!

  3. Merci beaucoup pour tes mots. Ils me touchent énormément. L’important pour moi était de faire vivre des émotions au lecteur. Je crois que je peux dire mission accomplie quand je lis un billet comme le tien. Pour la dédicace, c’est quand tu veux.

    Au plaisir.

    1. Patrick: Mission accomplie tu peux le dire! Pour la dédicace… ben heu si je n’ai pas le plaisir de te rencontrer dans un événement, je te ferais signe ! Je ferai une entrevue avec toi tant qu’à faire question de te faire connaître un peu plus;-)

      Projet d’un autre livre???

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s