Sous le choc…


Désolé, normalement j’essaie de ne pas écrire plus d’un billet par jour… mais là je dois le faire.

Depuis 1 semaine j’évite les nouvelles de Haïti.  Je sais ce qui s’est passé.  Je sais que la situation là bas est difficile. Je sais qu’ils ont besoin d’aide.  Je sais que c’est une des plus grandes catastrophes depuis longtemps.

La-bas, le peuple souffre.  Le peuple est désespéré.  Le peuple attend que l’aide arrive. 

Comme toutes les nouvelles, quand j’en entend trop parler je deviens blasée.  Je me désintéresse.  Même que je m’étais promis de ne pas en parler sur mon blogue parce que justement on en entend déjà assez comme ça!

Mais là les médias ont dépassé ma limite.  Ils ont dépassés ma tolérance face à l’impuissance et face au sensationnalisme.

La télé est ouverte sur CBC.  J’écoute distraitement.  C’est un reportage ou des nouvelles de Haïti.  On nous montre des gens agonisants, des mourants, des blessés graves.  Des enfants qui se font faire des points de suture à vif sans anesthésie locale ou générale.  On nous montre la souffrance à l’état pur.  On nous montre une femme en direct qui retrouve sa soeur sous les décombres de leur maison et qui s’écroule devant tant d’horreurs.

Ça me trouble.  Ça me trouble beaucoup.  Comment rester insensible devant son écran de télé avec ses images?

Qu’essaie-t-on de nous passer comme message en nous montrant ses images?

Faut-il aller aussi loin dans la réalité?  Faut-il montrer l’agonie au monde entier? 

Je pense que la dernière fois que j’ai ressentie une douleur aussi vive c’était des images de l’Holocauste.  Et quand j’ai vu les images de l’Holocauste ce n’était pas un événement qui se produit MAINTENANT, là , en ce moment même.

J’ai eu mal de voir toute cette souffrance.  Peut-être que je ne veux pas la voir moi cette réalité-là qui m’est imposée par les médias?

Faut-il en voir autant pour comprendre que ce qui se passe à Haïti est une grande catastrophe?

J’ai toujours vu les médias comme un moyen d’être informé, éduqué parfois.  J’ai jamais pensé qu’on arriverait à vouloir nous faire vivre la souffrance des autres.

Je suis sous le choc par tant d’inconscience de la part des diffuseurs et tout ce monde.

Moi, une adulte, qui en a vu quand même pas mal de chose dans la vie, et qui se sent perturbée par ces images je me demande: comment un enfant qui voit ça à la télé réagit-il?  Comment vit-il avec cela?  Est-ce qu’on leur explique aux enfants?  Comment font-ils pour ne pas être troublés?

Je me le demande bien… je me le demande bien!

Publicités

11 réflexions sur “Sous le choc…

  1. Comme je partage ton avis…
    La télé n’est plus jamais allumée chez nous depuis que mon fils est né.
    Ou alors seulement pour regarder un DVD. Et c’est quand il est au lit.

    Mais quand on ne pourra plus gérer aussi facilement les images qu’il reçoit ?

    En agissant ainsi pour l’instant, je ne reçois que peu d’images non choisies.
    Je lis les nouvelles, et j’évite ainsi la majeure partie des images choquantes.
    Ca ne change rien à la souffrance, ça ne change rien à ma compassion.
    Mais je ne veux pas de ces images qui me hantent ensuite.
    Et je voudrais tellement que ça s’arrête cette escalade dans le réalisme pour m’assurer que mon fils ne soit pas confronté à tout ça avant longtemps.

    Mais j’ai peu d’espoir…

  2. Je pense exactement comme toi!

    Depuis que j’ai vu le vidéo de quelqu’un qui se faisait tirer dessus (gros plan avec le sang qui sort de la plaie) il y a quelques mois aux nouvelles de 18h je ne les écoute plus.

    Fiston s’intéresse à la TV quand elle est allumée et donc je ne veux pas, pour rien au monde, qu’il voit ce genre d’image et que son cerveau tente de l’analyser. No way.

    Je vais lire les nouvelles qui m’intéressent sur le web, et ça fini là!

  3. Je sens que je vais me faire haïr…

    Ces images sont nécessaires. Elles sont là pour nous sortir de notre ouate. Elles sont là pour nous inciter à donner, encore et encore. Elles sont là pour nous faire réaliser que tout n’est pas rose partout et qu’au fond, nous sommes privilégiés. Nous vivons dans notre bulle, bien protégés de bien des choses, profitant de toutes les largesses de la vie et pillant la planète, la polluant, autant que faire se peut. Pendant ce temps ailleurs, des gens meurent dans des séïsmes, des gens crèvent de faim et pas qu’à Haïti, des gens n’ont pas d’eau potable. La planète se révolte, c’est causé principalement par nous, des pays industrialisés, il est donc essentiel que nous voyons les résultats de nos actes. Pour ce qui est du tremblement de terre d’Haïti ou du tsunami de la Thaïlande, c’est vrai que ce n’est pas causé par la main de l’homme. Mais notre tendance à oublier comment ça se passe ailleurs doit avoir des limites.Les images nous empêchent de tomber dans l’indifférence la plus totale. Les images font dévier notre regard de notre gros nombril et nous apprennent, peut-être, la compassion. La vraie vie n’est pas rose, la vraie vie ne s’arrête pas aux frontières du Québec, la vraie ne fait pas de cadeaux à tout le monde. Il ne faut jamais faire comme si…

    Pour ce qui est de vouloir protéger nos enfants de ces images, je mets un bémol. Dans le cas d’un tout-petit trop jeune pour saisir le sens de ce qu’il voit, je suis d’accord, il n’a pas besoin de voir ça. Mais dès qu’ils sont à l’école, les enfants doivent être éduqués et mis au fait de la réalité. À nous de filtrer l’information qu’ils reçoivent, pas de la bloquer complètement. Qu’ils voient un peu des images d’Haïti n’est pas un mal en soi, en autant que leur soit expliqué ce qu’ils voient. En autant que des notions de compassion leur soient inculquées par lamême occasion. Je n’ai pas élevé mes 4 fils dans la ouate. Arrivé à un certain âge, ils ont été tenus au courant de la réalité, de la vie telle qu’elle est est. Afin de mieux les armer, les prévenir. Surprotéger ne mène à rien. Il faut savoir doser, adapter à l’âge de l’enfant. Afin de la préparer à l’avenir et à la RÉALITÉ.

  4. Emgee, je ne crois pas que tu te feras haïr… Pas par moi en tout cas 😉

    C’est important de se tenir informé et de salir notre ouate de temps à autre!

    Par contre, pour mon fils de 2 ans, comme il ne comprendrait pas, je ne veux pas qu’il voit ce genre de chose. Plus vieux, comme tu dis, ça sera important pour son éducation. Mais pas maitenant! hehe

  5. Emgee: je te mets dehors!!!! Ben non voyons, ici c’est une place ou tous ont droit à leurs opinions. Qui serions-nous pour détenir la vérité absolue?

    Je suis bien d’accord avec toi quand tu dis que ces images sont nécessaires pour faire réagir, pour nous sortir de notre confort, nous faire réaliser que l’on vit dans la ouate par rapport au reste du monde. Je n’ai personnellement pas besoin d’images aussi dures que celles que j’ai vu pour voir la misère des autres. Les médias sont nécessaires pour nous informer, pour nous sensibiliser, pour nous toucher.

    Sauf que je me demande ou est la limite entre l’information et le sensationalisme comme celui que j’ai vu. Oui il faut en parler, oui il ne faut pas ignorer la situation mais entre le zoom sur des corps ensanglantés et une vue d’ensemble et un reportage « bien fait » j’opte pour l’option 2.

    Pour mon fils c’est partagé. Je crois justement que de sensibiliser les jeunes à la réalité, leur faire réaliser la chance qu’ils ont c’est TRÈS important. Mais les images que j’ai vu hier me reviennent sans cesse à l’esprit, comme un choc post-traumatique. Un jeune enfant pourrait en faire des cauchemars. Lui créer des peurs, des anxiétés. Si mon fils avait eu 2-3 ans, et qu’il aurait vu ces images, moi je suis là devant l’écran et je les vois en même temps que lui c’est difficile d’intervenir sinon que de sauter sur ma télécommande et de fermer la tele ou changer de poste. Bon à la limite si ces images passent à 22h le soir je dirai  » que fais ton enfant devant la télé » mais aux nouvelles de 18h là je trouve ça fort en titi!

    Alors oui je suis pour qu’on nous fasse voir « certaines choses » – et sans censurer le contenu mais wo minute on se calme sur l’horreur qu’on y présente.

    Je suis peut-être juste tomber sur des images qui sont venus me chercher un peu trop, n’ayant pas trop suivi cela. Mais je préfère de beaucoup des témoignages, des hommages, ou des images d’endroits détruits que de voir la souffrance humaine à l’état pur. Je n’ai pas besoin de ces images pour réaliser toute la chance que j’ai d’être ici, de réaliser le confort dans lequel je vis, de comprendre toute l’urgence de la situation et de leurs besoins criants.

    T’étais en feu la lionne!!! Tu es sortie de la chaumière dis donc 🙂 j’aime ça!

  6. Moi aussi de temps à autre j’ai besoin de « break » de nouvelles. Ça fait tellement de bien !

    J’ai suivi un cours de psychologie à l’université et le 11 septembre, alors que les tours étaient frappés par les avions, nous étions dans ce cours entre autre (en même temps que ça se passait) et je me souviens ce que le professeur nous avait dit……

    Les images qu’on voyait nous faisais réagir, pleurer… nous inquiétais… Bref elles nous saissisaient. Ils nous avaient prédit que dans quelques jours, voire semaines nous allions devenir presqu’insensible à ses images là tellement nous les aurons vu trop souvent. Il nous avait donner comme exemple les guerres dont nous voyions si souvent les images à la télé dans les nouvelles et qui ne nous font plus autant réagir qu’avant.

    Malheureusement, je dois t’avouer que pour moi ce fut vrai. Maintenant, lorsque je vois les images du 11 septembre, je ne suis pas aussi sensible et je n’ai plus autant d’émotions (j’en ai plus je crois). Pourtant, cette journée là, je me souviens très bien l’état de choc dans lequel j’étais. Je me souviens même d’être revenu à la maison et d’avoir serrer fort dans mes bras tous ceux que j’aime.

    1. Ah un break de nouvelles! Ça c’est ce que je trouve de meilleur pour la santé mentale 🙂 Et c’est vrai qu’avec le temps, un événement qui nous a touché devient plus banal avec le temps… comme si on s’était habitué, comme si nous nous étions endurci.

  7. Je suis comme toi, j’ai regardé cinq minutes puis j’ai tourné la tête sans toute fois les oubliés… j’ai donné des sous, mais je me sens trop impuissante.
    Ce que j’ai ressenti pendant ce cinq minutes était plus intense que les deux tours que j’avais vue s’écrouler live à la télé.
    Je sais pas ce que les médias essaie de passer comme message… essaie-t-il de nous faire peur? Essaie-t-il d’avoir le plus d’aide du peuple…? (es-ce que le gouvernement à aider haiti financièrement ou il n’en viens qu’au peuple?? je suis pas au courrant?)
    Es-ce que c’est mal de montré ces images?? je sais pas… il faut être réaliste, choisir ce qu’on regarde… il faut être prudent avec nos enfants sur ces images… certain!
    Il y a trop de question.
    Mais une chose est sur, c’est que cette catastrophe arriver si loin, je l’ai ressenti et je choisie de voir la vie autrement. On ne peut pas rester insensible. Au lieu de me demander ce que les médias peuvent faire de mieux, je me demande ce que moi je peux faire de mieux dans la vie.
    … Entk 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s