Le plus fort … c’est mon père!


Avec le temps la vie change et l’on finit par comprendre pourquoi.

Pourquoi mes parents ne voulaient pas que je sorte le soir après 21h.

Pourquoi je ne pouvais pas sortir « habillé comme ça ».

Pourquoi mes parents s’énervaient, se fâchaient, soupiraient d’impatience.

Pourquoi « tant de choses »

************************************

Quand j’étais jeune, Papa travaillait « sur les shifts ».  Il travaillait dans un aéroport.  Il travaillait « avec » les avions.  En fait il s’occupait du fret aérien et devait rester parfois tard au travail jusqu’à l’arrivée du dernier vol à Mirabel ou à Dorval (selon les époques).  C’est donc ma mère qui était avec nous, qui nous élevait, qui nous chicanait, qui chialait, qui nous couchait, qui nous nourrissait, qui nous préparait pour l’école.

Mon Papa c’était comme Dieu.  Dieu sauveur.  Quand Papa était là c’était la fête.  C’était la diplomatie.  Quand Papa était là ma mère arrêtait de chialer.  Ou peut-être pas mais comme je n’avais de yeux que pour Papa, ça passait dans le beurre.

Papa prenait le temps de m’écouter.  Papa venait dans ma chambre pour me border.  Parfois il me lisait des histoires mais surtout Papa me parlait.  Il me racontait des choses vraies.  Il me parlait de la vie.  Je lui posais des questions et il me répondait toujours.  Papa savait tout.  C’était comme une encyclopédie, un dictionnaire ambulant.  Mon père connaissait bien la géographie mais aussi l’histoire, la littérature.  Il ne pouvait pas m’aider avec mes devoirs de maths, mais il pouvait m’aider avec mon anglais et mon français.  Mon père est un homme admirable.  C’est un Français de France.  Mon papa il a appris l’anglais.  Il parle et écrit l’anglais mieux que bien des anglophones. 

Mon Papa lit beaucoup.  Il connait tant de choses.  C’est lui qui m’amenait à la bibliothèque.  C’est lui qui m’a donné la passion de lire.  J’avais 7 ans quand j’ai commencé à lire le « Général Dourakine » de la Comtesse de Ségur.  Papa ne me demandait jamais pourquoi je choissisais tel ou tel livre.  Il me laissait explorer.  Il me laissait rêver. 

Puis un jour, je me suis retrouvée dans une grande bibliothèque.  Et sans savoir pourquoi, chaque fois que j’y entrai, il me prenait une envie folle de lire tous les livres qui s’y trouvaient.  C’était irrationnel, impossible.  Les livres m’appelaient tous comme une délivrance; chacun d’eux me suppliait de les sortir de leur rayon.  J’ai lu sur l’énergie nucléaire.  J’y comprenais rien mais ça me fascinait.  J’ai lu sur la biologie.  Sur la zoologie.  J’ai lu beaucoup de livres de psychologies.  Des biographies.  Des romans.  Des magazines de toute sorte – de science souvent.  Pourtant je ne connais rien aux sciences.  J’étais poche en chimie (merci à Mademoiselle A de m’avoir fait passé le cours de secondaire 3!), en physique et en maths.  Mais parfois dans ces livres, c’était expliqué autrement. 

C’est un peu comme ça que je me suis retrouvée en Finance.  Les grandes pages de cotes de la Bourse me fascinaient.  Ça semblait si compliqué et je me disais que ça devait être « extraordinaire » de pouvoir comprendre tout cela.  Je trouvais cela impressionnant.  J’avais en tête l’image du gros banquier impressionnant qui brasse de grosses affaires.  J’avais l’ambition d’être une femme qui ferait ça!!!

 Parce que un soir, dans mon lit, je demandais à Papa ce que je pourrais faire comme travail.  Bien sûr je rêvais d’être hotesse de l’air pour pouvoir travailler « avec » les avions comme Papa.  Puis mon père m’a dit:  » tu pourrais être avocate ».  Moi, du haut de mes 9 ans je lui demandais ce que ça faisait une avocate.  Ça m’impressionnait.  Mon Papa me disait que ça pouvait faire beaucoup beaucoup de sous une avocate.  Mais il m’a dit une chose plus importante encore :  » tu feras le métier que tu voudras – peut importe ce que tu veux faire tu auras la chance de pouvoir le faire; ne te laisse pas impressionner, ne te laisse pas dire que tu ne peux pas faire telle ou telle chose parce que tu es une fille; si tu le veux vraiment, tu peux faire n’importe quoi. »

Aujourd’hui il m’en faut pas mal pour m’impressionner.  Les gros chars, les grosses cabanes,  les vêtements signés ça m’impressionne pas.  Je ne me sens pas moins que rien parce que j’ai moins que le voisin.  Mon bonheur ne tient pas au matériel (bon ça aide toujours plus que d’avoir rien du tout!).

Le vrai bonheur c’est la passion.  C’est ce qui nous fait rêver, c’est ce qui vient nous chercher, c’est le frisson.  Et qui m’a montré ça vous pensez???

J’vous le dit moi, LE PLUS FORT, C’EST MON PÈRE!!!

Publicités

10 réflexions sur “Le plus fort … c’est mon père!

  1. Quel grand homme! Tu as de quoi être fière d’avoir un père comme le tien qui t’a transmis son amour, qui t’a fait confiance, qui t’a dit la vérité…… Tu peux bien être une femme extraordinaire! ;o)

  2. Wow!! On peut voir de qui tu sembles retenir.. 🙂
    Très beau texte encore une fois! Si jamais tu veux lâcher les finances.. diriges-toi vers la littérature.. tu pourrais nous pondre de belles surprises!! 🙂

    1. À quelques mois de mon retour au travail je réfléchis beaucoup… et changer de branche me titille aussi beaucoup. Mais la littérature c’est tellement grand comme océan. Et il y a tant de gens avec du talent incroyable. Je prends mon blogue comme brouillon et qui sait peut-être qu’un jour j’écrirai pour « vrai ». En attendant je m’amuse sans prétention, sans pression. Juste pour le plaisir des mots justement.

      Ton mot me fait d’autant plus plaisir que de devenir auteur serait mon rêve mais j’ai peur de l’échec, peur d’être catégorisé dans un style, peur de me lancer dans une vraie démarche.

      J’attend la maturité de l’âme je te dirais 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s