Êtes-vous vraiment influencé par la maigreur des mannequins???


C’est en lisant un reportage dans le magazine Châtelaine de ce mois-ci que j’ai réfléchi à la question:  Devant tant de maigreur sur les « catwalk » suis-je influencé par cela?

Ma réponse est non.  Et du plus loin que je me souvienne je n’ai jamais voulu être « plus mince » à cause des mannequins dans les défilés ou à cause d’une page couvertures de magazine.

À la limite je trouvais ces femmes laides.  J’aimais bien certains vêtements qu’elles portaient mais elles, elles étaient comme un objet qui porte le vêtement, un cintre qu’on fait défiler et qui est vivant.

Quand je vois les os d’une personne – homme ou femme – ça me fait faire un « heurk » de peur.  Même plus jeune, les femmes que je trouvais belles s’appellait « Marilyn Monroe » ou Mitsou. 

J’ai toujours eu de la misère à croire qu’un homme, un vrai, puisse être attiré par un tas d’os.  Être un homme c’est une belle femme ronde avec ses courbes qui m’attirerait vraiment.  Une femme en santé.

J’ai les mêmes attentes pour mon hom.  Faire attention à soi.  Essayer de s’entretenir un peu.  Pas besoin du ventre plat aux « six pack ».  Un petit bourrelet c’est confortable aussi!!!

Et la vraie beauté part de son intérieur, de sa personnalité.  Y’a des gens comme ça qui ne sont pas particulièrement beau mais que leur charme, leur personnalité nous chavire, nous coupe le souffle sans savoir pourquoi.  C’est la magie du charisme et du charme. 

Mais ce n’est pas toujours facile d’être charismatique si l’on se perçoit comme pas beau, pas bon, pas intelligent.  Comment charmer quand le manque de confiance et l’estime de soi fait défaut?  Savoir trouver ses bons côtés ce n’est pas toujours faciles.  Et pourtant, tout le monde a un « petit je ne sais quoi »!  Suffit de l’exploiter.

Comme le mentionne l’article, c’est pour vendre du rêve, de l’innaccessibilité.  Ces femmes trop maigres démontrent la force de caractère par leurs privations, par leur persévérances paraît-il. 

Moi ça ne me fait pas cet effet-là.  Ça me fait l’effet de la pitié, de la surexploitation d’un humain, du manque d’intelligence et du manque de force de caractère pour s’estimer et de foncer pour y arriver autrement. 

Je donne un bon point à Marie Saint-Pierre: pour des raisons techniques le vêtement tombe mieux, pas de retouches à faire.  C’est certain qu’un mannequin pas de seins, pas de fesses ça facilite le travail pour la confection du vêtement!

Puis si ces « échantillons » sont ensuite envoyés dans le bureau des magazines de mode, il ne faut pas que la fille soit trop grosse hein?

Je soupçonne quand même certains designers d’une certaine vision frolant le fantasmagorique; d’une envie de voir des corps sans sexe répondre à leur propres envies. 

Ça reste d’abord aux designers de faire quelques efforts – même si ça demande plus de retouches.

Mais ça reste la responsabilité des femmes – et des hommes – qui les regardent de faire la part des choses.

Quand votre IMC se situe dans le poids santé, pourquoi se mettre tant de pressions pour son poids?

J’ai jamais ressentie personnellement de pressions, mais bon je ne travaille pas dans ce mileu.  J’ai la chance d’avoir un IMC acceptable.  Je me sens bien dans ma peau.

Ĵ’aimerais beaucoup que les femmes cessent de se voir négativement.  J’aimerais beaucoup que les femmes croient en leur capacités, en leur séduction, en leur beauté, en leur compétence.

C’est ça le vrai travail à faire dans notre société: travailler notre confiance et notre estime…

* dans mon texte, le masculin est utilisé pour faciliter l’écriture mais s’applique aux deux genres*

Publicités

6 réflexions sur “Êtes-vous vraiment influencé par la maigreur des mannequins???

  1. Je ne suis pas du tout influencée par la maigreur des mannequins, en fait je trouve cela très laid qd c’est trop maigre. Faut dire que j’ai toujours été mince sans faire d’effort… si ça avait été autrement pê que j’aurais une autre opinion.

    Je ne comprends pas les couturiers et leurs échantillons de taille 0. Ok pour l’explication du fait que ce serait + facile à confectionner mais faut pas charrier. Cela exerce une pression indéniable sur les mannequins.

    Ce qui m’influence plus -ou qui exerce une pression- c’est plutôt la pression générée par les magasines, pub et télé sur la femme et le fait de vieillir. On retouche les photos, on y va à grand coup d’injections… Quand on voit les cover des magasines on se dit, » tien, elle est encore pas pire pour son âge » ou « elle vieilli bien! ». Le mirage de la jeunesse éternelle…

  2. J’aime ton article. Je crois qu’il faudrait en parler de plus en plus, et plus souvent. Personnellement, je ne suis pas influencée physiquement par la mode. Psychologiquement, c’est autre chose. Je m’explique : chaque boutique a ses propres chartes de grandeur. Quand j’essaie des vêtements et que la seule paire de pantalon qui me fait, c’est du 13, ou encore qu’aucune paire ne me fait (je tiens à préciser que mon IMC est dans la normale), j’ai tout de même un pincement au coeur. Quand j’essaie un gilet parce que sur l’affiche, je le trouve super beau, et que je sors de la cabine et que le résultat n’est vraiment pas trop hot, j’ai un pincement au coeur. Cependant, ça s’arrête là. Ça s’arrête là parce que j’ai une bonne estime de moi et que cette dernière n’est pas uniquement influencée par mon poids.

    Cependant, et surtout à l’adolescence, les études prouvent que le poids se retrouve au centre de plusieurs difficultés vécues par les filles et les garçons. La mode en est pour beaucoup. Cependant, quand on parle de troubles alimentaires, la mode n’est pas l’unique facteur. Il faut faire attention.

    Je travaille dans le milieu de la santé mentale et je me spécialise présentement dans les troubles alimentaires. Cependant, je ne connais pas le milieu de la mode. Je ne veux pas parler à travers mon chapeau… Mais je crois que les mannequins ont développé un trouble alimentaire suite (entre autres) à des exigences de la part des designers et ensuite, la roue a tourné. Le poids = la beauté = la reconnaissance des autres = etc.

    Il y a une révolution dans certains milieux de la mode (Madrid notamment) où les mannequins ne sont plus acceptées si elles ont un IMC trop bas.

    J’affectionne particulièrement les publicités et les programmes de DOVE où les publicités de mode sont mises à nue (tous les changements photoshop pour arriver à un résultat qui n’est même pas vrai).

  3. Je n’aime pas les femmes trop maigres, dont les corps sans forme, sans hanche, sans sein, ressemble à si méprendre à des coprs de jeunes garçons montés en graine.

    « Je soupçonne quand même certains designers d’une certaine vision frolant le fantasmagorique; d’une envie de voir des corps sans sexe répondre à leur propres envies. » je t’approuve
    Il y a quelques années j’ai lu un article fort bien écrit et sans rapport avec l’homophobie qui expliquait que l’arrivée des designers homosexuels correspondait à cette tendance à l’androgynie des corps dans la mode et la pub.

    Les seins, les hanches, les épaules, les petits ventres font partis de la vie normale et je trouve beaucoup plus esthétique de photographier une belle épaule, que des côtes saillantes ou qu’une clavicule proéminante dûe à la maigreur.

    1. Je me demande si tant de femmes ne se reconnaissent pas, n’aiment pas ça, comment se fait-il qu’on disent que c’est ce qui vend les magazines de mode? Comment se fait-il que ça passe? Y’a un « Ben Laden » derrière tout ça c’est certain!!!

  4. Bonjour a toutes,
    je suis créatrice de mode et fondatrice de l’asbl Divers’Gentes, je prépare un événement de grande envergure ou défileront plus de 100 femmes représentatives de toute origine, taille, âge , styles .Toute et chacune de nous peut participer , elle sera encadrée, formée par une plate forme d’artiste au service de ce projet. Les dégats produits par l’image transmisse de la femme dans la presse ou passerelle sont nombreux et graves, la transmission de ce modèle n’est pas anodin.Ce modèle n’existe pas, il est le produit de deformations techniques,ilest donc impossible de s’identifier.Le trouble de l’identification a son image corporelle est de plus en plus commun….Pour reprendre possesion de notre image, changeons le regard, proposons autre chose…

  5. Ce sujet date de plus d’un an maintenant, mais la question reste d’actualité alors je me permet de commenter. Comme tu l’as si bien dis, non, les corps de ces femmes ne sont pas beaux. Et c’est normal, là n’est pas le but. Lors d’un défilé, un créateur présente une collection, et ce sont donc les vêtements qui sont mis en valeur. C’est le rôle du mannequin de faire figure de cintre, d’aborder une démarche si mécanique. Imaginez vous sérieusement une collection de haute couture portée par une femme ronde ? Ce que l’on regarderait dans ce cas, ce serait les courbes de la femme et non le vêtement en lui même…et pas seulement parce que ce serait quelque chose d’inédit. C’est une question d’esthétique, le mannequin doit être le plus neutre possible, ne pas prendre le dessus. Comment voulez vous distinguer la coupe d’une robe si quelque chose dépasse, si la poitrine est volumineuse ? La haute couture, c’est aussi quelque chose de prospectif, de conceptuel. Combien d’entre vous auraient l’occasion de se rendre à un défilé et d’y acheter une pièce ? Aucune, car nous nous habillons toutes dans des enseignes de prêt à porter où les vêtements sont, justement, faits pour être portés. Et là, on trouve toute notre taille. Après c’est sûr que certaines coupes nous iront, d’autres pas. Pour répondre à Marie-Michelle, il est évident que ce gilet soit joli sur l’affiche (on ne va pas tenter de te vendre un produit en le faisant porter par quelqu’un à qui il ne va pas.), mais tout n’est pas forcé de t’aller, et aucun rapport avec la taille disponible. Le vêtement peut être mal taillé, ou alors la coupe ne convient tout simplement pas à ta silhouette. Les boutiques spécialisées « grandes tailles » fleurissent de plus en plus, je suis désolée de vous contredire mais dans la société actuelle OUI, une femme ronde peut s’habiller. Le choix est mince, là dessus je vous suit…mais de quoi ce plaindre ? De plus en plus de vêtements sont disponibles, des tonnes de campagnes et d’évènements vantent la beauté de la femme ronde, on la retrouve de plus en plus dans les magazine féminin (qui pour la plupart renvoient plus à l’idée « Soyons en bonne santé et apprenons à nous aimer » que « devenons anorexique, les os c’est beau! »)… Je suis d’accord, je préfère les courbes (je suis moi même un peu ronde, et je me trouve jolie). La maigreur, c’est moche. Mais il ne faut pas tout mélanger. Présenter un vêtement, c’est le rôle d’un mannequin sur un podium. Comme un sac poubelle a pour fonction de contenir des ordures (demande t-on à ce sac d’être beau ? Non. Il contient, et ça suffit à tout le monde). Il est donc normal que le corps n’intervienne pas. Après…si les médias continuent à nous véhiculer cette image de la femme mince (Dans les magazines, à la télé etc la femme est mince, au corps « idéal », et non anorexique), c’est aussi pour une question de santé. Avec l’obésité qui augmente de plus en plus, je trouve ça plus prudent. Si nos idéaux de beauté étaient des femmes obèses, alors nous ne ferions plus aucun effort pour garder la ligne, et tout ça empirerait. Le principal, c’est la santé. Le métier de mannequin est dur, inhumain. Mais il répond à un besoin et sans mannequin mince, plus de mode. Je suis actuellement étudiante en école de mode et je me vois très mal présenter plus tard mes créations sur autre chose qu’une humaine.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s